La situation mondiale du charbon de bois

Le 15 juin 2011 se tenait à Arusha en Tanzanie un symposium sur le rôle du charbon de bois dans le changement climatique et sur les initiatives de réduction de la pauvreté. Adrián Ghilardi de l’Université de Mexico et Florian Steierer, directeur du service bois-énergie de la FAO y ont présenté un panorama de la situation mondiale.

Rappelons au préalable que tout comme la production d’électricité, la production de charbon de bois souffre d’une efficacité faible, qui varie également pour les deux filières mais pour des raisons indépendantes de 10 à 43%, avec une moyenne possible vers les 25%. Le rendement donné ici est celui de la part de charbon produite à partir de bois anhydre.

Rappelons également qu’une large part de la population mondiale ne dispose que de ce combustible pour préparer ses repas.  En Afrique sub-saharienne, 90% des maison urbaines ne disposent que de cette source d’énergie. Lors des 50 dernières années, les conditions de production et d’utilisation du charbon de bois sous les tropiques n’ont guère évolué. Aucune politique n’est parvenue à infléchir une pratique non satisfaisante ni pour l’environnement, ni pour la santé.

Pourtant, dans de bonnes conditions techniques, la production de charbon de bois peut-être efficace, propre, durable et participer au développement économique des régions. Des exemples dans des pays émergents comme le brésil sont là pour en témoigner. Ce sont de telles expériences positives que le symposium voulait montrer.

Les deux intervenants de la conférence ont commencé par largement attirer l’attention sur le fait que les données sur ce marché  n’étaient pas toujours dignes de confiance pour de très nombreux pays, et qu’il faudrait par conséquence commencer par améliorer la connaissance même du marché. Les raisons évoquées pour l’inexactitude de ces données sont multiples :

  • Des données fausses proviennent d’actions fallacieuses pour par exemple servir des intérêts  politiques ou privés.
  • La nature même des données de ces ressources naturellement dispersées exige de mettre en place des méthodologies adaptées.
  • La difficulté de connaitre l’origine et même la destination des quantité produites.

Evolution de la production de charbon de bois en millions de tonnes par région mondiale, source FAO stat

Avec la mise en place de son outil FAO STAT, la FAO centralise les données pour établir des bilans. Sur la production mondiale, le bilan actuel  fait était d’un presque triplement de la consommation lors des cinquante dernières années, un triplement presque exclusivement attribuable au continent africain, faisant frôler la barre des 50 000 000 tonnes/an, donc a minima l’équivalent de 400 000 000 tonnes de bois vert.

Parmi les données intéressantes présentées, notons également le taux global de transformation du bois-énergie en vecteur charbon, qui est en moyenne de 15% au niveau mondial, et qui a lui aussi doublé en 50 ans. Si la donnée est en valeur quelque peu rassurante en montrant que la majorité de la biomasse est quand même  utilisée directement donc a priori avec une efficacité moins désastreuse que celle d’un charbon de bois mal produit et mal utilisé, le doublement de ce taux est préoccupant dans les conditions actuelles d’efficacité.

Part du bois-énergie transformé en charbon de bois par région, source FAO stat

Pour sortir de ces tendances, le représentant de la FAO bois-énergie, a présenté l’engagement de son organisation qui s’efforce à :

  • rassembler, améliorer et partager des données précises sur l’énergie du bois
  • formuler et mettre en place des politiques saines en matière de bois-énergie
  • faciliter une communication et une collaboration croisée entre les secteurs
  • promouvoir une production et une consommation efficaces des ressources

Reste qu’il faudra plus que la volonté très louable de cette éminente organisation pour que pays par pays la situation bouge effectivement, et il convient donc qu’une prise de conscience sérieuse se fasse sur un sujet qui touche des centaines millions de personnes, de tonnes de bois et d’hectares de forêts.

Contacts:

  • Adrián Ghilardi : aghilardi-at-ciga.unam.mx
  • Florian Steierer : Florian.Steierer-at-fao.org

Frédéric Douard, Bioénergie International

 

1 réponse
  1. Les organisateurs du symposium sur le charbon de bois souhaitent féliciter la rédaction de ce magazine pour cet excellent reportage.

    Nous invitons les lecteurs du portail francophone sur la bioénergie à suivre les autres présentations faites à l’occasion de premier symposium sur le charbon de bois directement sur notre site: charcoalproject.org

    Merci!

    J. Kim Chaix
    Directeur
    The Charcoal Project