La biomasse souffre d’un déficit de considération de la part des français

Éditorial du Magazine Bioénergie International n°13 – Février 2011

Dans nos sociétés dites de « l’information », la vision des choses n’est pas proportionnelle aux réalités mais plutôt à l’intensité des communications et du buzz additionnel qui rend l’opinion versatile et panurgesque.  Au lieu de cela, l’opinion devrait toujours se référer aux fondamentaux, et en matière de biomasse-énergie, les fondamentaux sont considérablement plus favorables que le buzz ambiant.

Une récente enquête BVA réalisée pour l’ADEME auprès de français (Le Baromètre annuel sur les Français et les énergies renouvelables) a montré, entre autres conclusions que « 97% des français se déclarent favorables au développement des énergies renouvelables », ce qui a fait le buzz bien sûr ! Ce que le buzz ne rapporte pas, c’est l’incroyable vision étriquée que l’opinion française a des énergies renouvelables. Le sondage montre en effet que l’énergie solaire est connue de 74% des français, ce qui est fort bien, mais elle ne produit que 0,26% des énergies renouvelables du pays. A côté le sondage montre que la biomasse qui représente quant à elle les deux tiers de la production d’énergie renouvelable en France, 250 fois plus que le solaire donc, n’est connue que par 18% des français, et pire que seules 9% des personnes interrogées pensent que la biomasse devrait-elle développée en priorité.

Revenons aux fondamentaux

  • La biomasse est de très loin devant toutes les autres la première source renouvelable d’énergie dans le Monde : qui le sait ? Qui le dit ? Beaucoup de ceux qui le savent n’osent pas le dire de crainte d’apparaître comme des passéistes ou de mauvais écologistes.
  • La biomasse n’est pas totalement non polluante, aucune énergie ne l’est, mais pourrait devenir beaucoup plus vertueuse si des efforts étaient faits pour promouvoir un peu plus les technologies propres que nous connaissons depuis des décennies. Signalons en passant que ces avancées technologiques ont été obtenues dans de petits et rares pays comme la Finlande, l’Autriche ou le Danemark, sans aide massive des pouvoirs publics tout au contraire d’autres filières énergétiques.
  • La biomasse est aujourd’hui l’énergie renouvelable la moins chère à mobiliser, pourtant, alors qu’elle pourrait apporter de grands résultats à peu de frais, on lui préfère, source de décrédibilisation des énergies renouvelables, des filières plus coûteuses mais surtout dont l’enjeu énergétique est marginal à court et moyen terme. Voir l’opinion du cabinet Sia Conseil.
  • La biomasse est une source d’énergie définitivement sociale, car accessible, en Afrique bien sûr, mais aussi dans les nations riches, où tout le monde n’est pas riche : pourquoi des millions de ménages français utilisent-ils du bois-énergie ? Seulement par plaisir de devoir recharger sa cheminée toutes les 2 heures, de la nettoyer tous les jours et de transporter 50kg de bois par jour dans la maison ? Non, parce que cela leur permet de se chauffer correctement avec le budget dont ils disposent.
  • Enfin, la biomasse est une source d’énergie renouvelable à part entière, à 100%, sans demi-mesure, pour peu que l’on gère durablement son patrimoine. Un bémol certes à ceci, les zones arides où effectivement l’énergie est cause de déforestation : ces régions devraient être la priorité de l’action internationale en matière d’accès à l’énergie renouvelable, y compris la biomasse, à renforcer, à replanter, à cultiver et le fait de promouvoir le butane ou de diesel pour sauver ces forêts est un leurre.

Voilà des éléments dont le buzz devrait se faire l’écho !

Frédéric Douard, Bioénergie International

2 réponses
  1. 14 février 2011

    […] Ce billet était mentionné sur Twitter par allobois, Bioénergie promotion. Bioénergie promotion a dit: La biomasse souffre d'un déficit de considération de la part des français – http://bioenergi.es/s/x2 #france #opinions […]

  2. 7 février 2014

    […] La biomasse souffre d’un déficit  de considération […]