ECOBIOM, des cartes pour optimiser le recours à la biomasse

ECOBIOM était un projet français du Programme National de Recherche sur les Bioénergies (PNRB) sur 3 ans (2006 – 2009), financé par l’Association Nationale de la Recherche. Sept partenaires ont participé au projet : GIE ARVALIS/ONIDOL, FCBA, GATE-CNRS, INRA, ONF et UCFF. ECOBIOM constitue une approche socioéconomique et environnementale de l’offre de biomasse lignocellulosique.

En effet, la mobilisation de la biomasse dépend d’éléments physiques techniques, économiques, environnementaux et sociaux. et l’existence d’un gisement n’est pas suffisante en soi pour que la ressource soit mobilisée.

L’objectif du projet était de mettre en place les outils nécessaires pour définir les conditions d’approvisionnement économiquement pérennes et adéquates de biomasse agricole et forestière aux besoins des processus de production de bioénergies, notamment de biocarburants.

Le projet se déclinait en trois actions :

  • Analyse de l’offre de biomasse et constituer un modèle générique à maille cantonale (coordinateur : INRA Économie Publique) -Volet 1
  • Analyse des conditions d’une mobilisation accrue de la ressource forestière (coordinateur : FCBA) – Volet 2
  • Définition des bassins d’approvisionnement (Coordination FCBA) – Volet 3

Les résultats de la troisième action ont été présentés sous la forme de cartes dynamiques à consulter ici. Ces informations synthétisent l’approche réalisée pour calculer les consommations et la disponibilité en biomasse lignocellulosique utilisée pour le calcul des résultats.

Dans chacune de ces cartes :

  • les quantités de matière sont représentées par des cercles proportionnels (analyses par symboles) ;
  • les coûts moyens et les indices de concurrence sont représentés par des dégradés de couleur (analyses choroplèthes).

Les coûts moyens sont les moyennes des coûts pondérés par les volumes récoltés.
Les indices de concurrence mesurent le ratio entre la disponibilité supplémentaire et la consommation actuelle. Un indice inférieur à 1 indique que la disponibilité supplémentaire est inférieure aux quantités déjà consommées dans le département.
Ainsi, on peut penser que la mobilisation de la biomasse sera d’autant plus aisée (et les substitutions d’usage limitées) que l’indice sera élevé. Pour chacun des 5 groupes de cartes, l’utilisateur choisit le thème et l’indicateur à afficher. En pointant sur un département, la consommation ou la ressource disponible s’affiche.
Il peut également sélectionner un groupe de départements pour simuler la définition d’un bassin d’approvisionnement. Connaissant les quantités, le coût moyen et la distance moyenne, il a les renseignements pour réaliser une estimation du coût moyen d’approvisionnement sur un site défini.

Les méthodes portent sur 3 points essentiels :

Consultez la fiche synthétique des résultats de l’ensemble du projet :

 

Frédéric Douard, Bioénergie International