Une chaufferie bois de 9,7 MW pour la petite ville normande de Maromme

David Lamiray, Maire de Maromme (Seine-Maritime) et Pascal Ghielmetti, Directeur régional Centre Ouest de Cofely, ont signé le 20 décembre 2010 le contrat de délégation de service public pour concevoir, réaliser, financer et exploiter pendant 24 ans une chaufferie biomasse et un réseau de chaleur urbain pour cette ville de près de 12 000 habitants.

Ce projet est né d’une volonté d’agir concrètement pour le développement durable en utilisant le bois-énergie, une énergie locale et renouvelable permettant de mieux maîtriser la facture énergétique, les prix du bois-énergie étant plus stables dans la durée que ceux des énergies fossiles.

La solution proposée est emblématique à plus d’un titre :

  • d’une puissance totale de 20 MW, la nouvelle chaufferie comprendra 2 chaudières bois totalisant 9,7 MW. Celles-ci nécessiteront 18 000 tonnes de bois par an, approvisionnés dans un rayon de 50 km autour de Maromme. En générant des emplois locaux, ce contrat contribuera donc de façon significative à la pérennisation de la filière bois locale ;
  • un système d’hydro-accumulation : en « stockant » l’énergie produite lorsque les besoins du réseau seront inférieurs à la puissance fournie par les chaudières bois ;
  • enfin, et pour une adéquation complète avec les valeurs du développement durable, David Lamiray, Maire de Maromme, a souhaité que les particuliers résidant à proximité du réseau puissent s’y raccorder. Pour rendre le service accessible au plus grand nombre, ce raccordement au réseau de chaleur urbain sera gratuit pour tous les Marommais et les Marommaises qui y souscriront avant le 1er juin 2012.

A terme, le réseau de chaleur alimentera l’équivalent de 3 000 logements sur plus de 25 km : les bâtiments communaux, les établissements scolaires, les logements collectifs publics et privés, ainsi que les nouveaux projets de la Ville de Maromme. La conception de la chaufferie a été confiée au cabinet Atelier des Deux Anges, qui a conçu un projet architectural parfaitement intégré dans son environnement.

L’investissement, qui s’élève à près de 19 millions €, sera en partie subventionné par l’ADEME via le Fonds Chaleur. Les travaux débuteront au deuxième trimestre 2011  pour une mise en service du réseau à l’automne 2012.

Frédéric Douard, Bioénergie International