L’autoconsommation électrique des unités de valorisation de biogaz avec Clarke Energy

Article paru dans le Bioénergie International n°85 de juin 2023

L’autoconsommation électrique des unités de valorisation de biogaz avec Clarke Energy

Unité de méthanisation, photo Clarke Energy

Clarke Energy est une société du groupe international Kohler, spécialisée dans la production d’énergie décentralisée et notamment en cogénération par moteurs à gaz Jenbacher. Présente physiquement en France depuis 2003, la société est active dans le secteur du biogaz depuis une quinzaine d’années et a installé de nombreux moteurs pour valoriser du gaz de décharge et du biogaz agricole dans le pays, dans une gamme de puissances électriques allant de 250 à 3 000 kW. Également active dans la production de biométhane, avec sa propre solution de filtration membranaire, elle répond aujourd’hui aux producteurs de gaz injecté qui souhaitent trouver une solution économique à la forte augmentation des prix de l’électricité. Par exemple, associer un moteur de cogénération à une centrale de biométhane peut prendre tout son sens dans ce contexte, autoconsommant tout ou partie de l’électricité et utilisant tout ou partie de la chaleur pour chauffer les digesteurs, une cuve d’hygiénisation des intrants, un processus d’évapo-concentration du digestat liquide ou tous autres besoins périphériques.

Pour le propriétaire ou l’exploitant d’une centrale de biométhane, la première chose à faire sera d’évaluer la puissance électrique économiquement utile dont il aurait besoin pour effacer le plus possible ses achats d’électricité sur le réseau et pour baisser au maximum son abonnement de puissance. Ensuite, la puissance électrique utile ayant été déterminée, sur la base de la courbe journalière des appels de puissance, la question de la revente ou pas du surplus potentiel d’électricité se pose, ou autrement dit, à partir de quel prix de vente, l’exploitant aura-t-il intérêt à produire au-delà de ses propres besoins pour une revente sur le marché libre, au prix spot de l’électricité ou en vente à terme ? Cette option d’autoproduction électrique peut être particulièrement intéressante pour les centrales de biométhane agricoles mais aussi pour les stations d’épuration qui produisent ce gaz, car elles ont par ailleurs de gros besoins électriques.

Moteur de cogénération fonctionnant au biogaz, photo Clarke Energy

L’autoconsommation électrique peut être aussi intéressante pour les centrales de cogénération au biogaz, qui étaient en vente d’électricité, qui sont en sortie d’obligation d’achat, et qui pourraient continuer à vendre sur le marché libre, tout en souhaitant couvrir eux-mêmes leurs besoins électriques. Cela pourra concerner les unités agricoles, les stations d’épuration et tous les industriels qui disposent d’un digesteur et qui valorisent leur biogaz en chaudière.

Notons enfin que si l’autoconsommation permet une maîtrise directe du coût de son électricité, elle peut aussi permettre, par exemple en France, de faire potentiellement une économie importante sur le Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’Electricité (TURPE) qui entre dans le calcul du coût de l’électricité qu’on achète sur le réseau. Celui-ci varie en effet beaucoup en fonction du type de consommation. Il est donc important de choisir le type de contrat d’achat de l’électricité qui sollicitera le moins le réseau et donc de dimensionner sa solution d’auto-production en fonction de ce paramètre.

Pour répondre à toutes ces questions, Clarke Energy est là pour étudier et dimensionner la solution adaptée à chaque cas.

Contact : www.clarke-energy.com/fr/

Frédéric Douard