Lancement de l’alliance mondiale pour les biocarburants lors du G20 de New Delhi

Lancement de l’alliance mondiale pour les biocarburants lors du G20 de New Delhi

Le premier ministre indien avec les dirigeants de Singapour, du Bangladesh, de l’Italie, des États-Unis, du Brésil, de l’Argentine, de Maurice et des Émirats Arabes Unis, le 9 septembre 2023 à New Delhi, photo Press Information Bureau of India

Le 9 septembre 2023, en marge du sommet du G20 à New Delhi, le premier ministre indien Shri Narendra Modi, entouré des dirigeants de Singapour, du Bangladesh, de l’Italie, des États-Unis, du Brésil, de l’Argentine, de Maurice et des Émirats arabes unis, a lancé l’Alliance mondiale des biocarburants (Global Biofuels Alliance). Passée quasiment inaperçu dans la presse française, cet événement était pourtant très attendu et dès son lancement l’Alliance regroupe déjà 19 pays et 12 organisations internationales, avec l’objectif de promouvoir l’adoption des biocarburants durables et d’ouvrir l’accès des économies émergentes aux bioénergies. Par biocarburants, il faut entendre les combustibles liquides et gazeux d’origine organique, animale ou végétale, comme les huiles pures, les alcools, les huiles estérifiées, le biogaz et le biométhane, les liquides ou gaz de pyrolyse, le biohydrogène … etc.

Des attentes fortes de nombreux pays du sud

La création de cette alliance était soutenue par sept pays membres du G20 (Afrique du Sud, Argentine, Brésil, Canada, États-Unis, Inde et Italie), ainsi que par quatre pays invités du G20 (Bangladesh, Émirats Arabes Unis, Maurice et Singapour). Les autres pays de l’Alliance, et non membres du G20, sont la Finlande, le Guyana, l’Islande, le Kenya, l’Ouganda, le Paraguay, les Seychelles et le Sri Lanka. Ces membres sont d’ores-et-déjà pour la plupart d’importants producteurs et consommateurs de biocarburants dans le Monde, dont par exemple les États-Unis avec 52 % du marché mondial, le Brésil avec 30 % et l’Inde avec 3%.  Ils contribuent également dans le Monde à 85 % à la production et à 81 % de la consommation d’éthanol.

Lors de ce lancement, les organisations internationales membres de l’alliance sont l’agence internationale de l’énergie (AIE), l’Agence internationale des énergies renouvelables, l’association mondiale du biogaz, la banque asiatique de développement, la banque mondiale, le forum économique mondial, le forum international de l’énergie et l’organisation mondiale du GPL. 

Des objectifs encore à affiner

Les biocarburants liquides représentaient plus de 4 % de l’approvisionnement total en énergie de transport dans le Monde en 2022, mais leur déploiement ne s’accélère pas assez vite au vu de la trajectoire globale de décarbonation, précise l’AIE. En outre, plus de 80 % de la production totale de biocarburants est concentrée dans quelques pays seulement, malgré un vaste potentiel inexploité dans de nombreuses régions du monde. Le déploiement est limité par des défis tels que la disponibilité de la matière première utilisée pour fabriquer des biocarburants, l’absence de consensus sur les critères de durabilité et le rythme auquel la technologie associée a été commercialisée.

L’Alliance souhaite ainsi soutenir le développement et le déploiement mondial de biocarburants durables en proposant des renforcements des capacités tout au long de la chaîne de valeur, un soutien technique aux programmes nationaux et en promouvant le partage des leçons politiques. Elle souhaite également faciliter la mise en place d’un marché virtuel pour aider les industries, les pays, les acteurs de l’écosystème et les principales parties prenantes à cartographier l’offre et la demande, ainsi qu’à connecter les fournisseurs de technologies aux utilisateurs finaux. Elle facilitera également l’élaboration, l’adoption et la mise en œuvre de normes, codes, principes de durabilité et réglementations internationalement reconnus pour encourager l’adoption et le commerce des biocarburants.

En amont de ce lancement, l’AIE avait transmis un rapport et des recommandations aux futurs membres de l’Alliance, afin de les aider à guider leurs efforts. Ce rapport suggère notamment que les pays peuvent accroître la production et l’utilisation durables des biocarburants en concevant des stratégies de long terme, en favorisant les investissements, en soutenant l’innovation, en garantissant des approvisionnements abordables, en encourageant la collaboration internationale et en répondant rapidement aux problèmes de durabilité.

>> Télécharger le rapport de l’Agence Internationale de l’Energie (Juillet 2023)

Frédéric Douard