Panorama et potentiel de développement des bioraffineries

Le développement des bioraffineries et de la chimie du végétal s’est accéléré depuis la première version de cette étude, réalisée il y a cinq ans. Les filières céréalières, betteravières et oléagineuses sont parfaitement structurées. Il en est de même de celles qui approvisionnent les usines de pâte à papier. Les autres filières d’approvisionnement en biomasse lignocellulosiques sont en revanche encore dans leur phase de développement.

Si l’amont de ces différentes filières reste bien identifié, chacune conservant toutes ses spécificités, les secondes transformations génèrent des molécules plateformes communes qui sont à l’origine des mêmes dérivés.

Les biotechnologies blanches connaissent un essor rapide, favorisé par le développement des outils de bioinformatique et de tri à haut débit. Les changements d’échelle restent cependant longs et coûteux et les réalisations industrielles sont encore en nombre limité, hormis dans le domaine du bioéthanol et du biodiesel de première génération.

Le développement de plusieurs molécules plateformes avait été anticipé par les experts. Certaines prévisions se sont révélées correctes (glycérol, sorbitol, acide succinique) mais d’autres molécules tardent à être produites avec des procédés innovants (3-HPA, acide levulinique, furanes). A l’inverse, on assiste à des développements « imprévus » de projets industriels de fabrication par fermentation de terpènes et de butanol ou de conversion chimique du bioéthanol en éthylène et dans ses dérivés.

Il est recommandé en conclusion de soutenir le développement de la chimie du végétal en s’appuyant sur les réalisations industrielles engagées, y compris celles associées aux biocarburants de première génération. Les filières françaises et européennes ont certains avantages concurrentiels qu’il convient de valoriser dans un petit nombre de projets d’ambition suffisante.

Public : Administrations, agriculteurs, collectivités, entreprises, monde de la recherche

Octobre 2010 – 21×29,7 – 221p.

Télécharger le document sur le site de l’ADEME