Le poste de rebours de Marchemoret facilite l’injection de biométhane en Île-de-France

Poste de rebours de Marchémoret, photo GRTgaz

Lorsque l’injection de biométhane ne peut plus être absorbée par les consommations locales, le poste de rebours a pour rôle d’extraire l’excédent de gaz du réseau local dans lequel est injecté le biométhane et de le rediriger en amont vers des territoires voisins ou vers un site de stockage souterrain pour une consommation différée. Cette opération est réalisée par le transporteur de gaz, dans des conduites à haute pression à 40, 67.7 ou 80 bar.

En Île-de-France, la filière méthanisation compte désormais trente sites de production de biométhane en service pour une capacité de production de 497 GWh/an, soit l’équivalent de la consommation de 150 000 logements chauffés au gaz (+77% par rapport à 2020). Parmi ces trente sites, sept sont raccordés directement au réseau du transporteur GRTgaz. En 2021, GRTgaz a raccordé à son réseau cinq nouvelles unités à May-en-Multien, Coulombs-en-Valois, Chailly-en-Brie, Cerneux et Quiers. En 2022, la dynamique se poursuit avec cinq nouvelles unités qui se raccorderont au réseau GRTgaz à May-en-Multien, Saint-Martin-du-Boschet, Nangis, Voulton et Amillis en Seine-et-Marne.

En 2021 à Marchémoret, dans le département de Seine-et-Marne, GRTgaz a mis en service le deuxième poste de rebours d’Île-de-France pour permettre l’injection de plus en plus importante de biométhane dans ce département agricole. Cette installation permet désormais d’injecter jusqu’à 557 GWh de biométhane supplémentaire par an  dans le réseau de transport, soit l’équivalent de la consommation d’environ 49 000 foyers chauffés au gaz. Découvrir cette installation en vidéo :

Voir également la présentation du poste de rebours de Mareuil-lès-Meaux, le premier en Île-de-France

Frédéric Douard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *