Le Printemps de Bourges 2022, un festival qui valorise ses biodéchets en gaz vert

Point de collecte des biodéchets au Printemps de Bourges 2022, photo GRDF

Le Printemps de Bourges, c’est habituellement environ 200 000 festivaliers et une montagne de déchets, pas forcément suffisamment triés pour être revalorisés. L’édition 2022, qui se tient du 19 au 24 avril, n’est pas tout à fait comme les précédentes : avec ses partenaires, Bourges Plus, GRDF, SDE 18 et SUEZ, elle s’est voulue plus verte ! Cette année, le festivalier ne visualise plus son trognon de pomme de la même manière ! Une collecte spécifique des biodéchets est mise en place pendant toute la durée du festival. Les déchets organiques collectés sont transportés en camion roulant au GNV BioGNV, jusqu’à un site de méthanisation. Ils vont être valorisés en biogaz.

Bac destiné à collecter les biodéchets des festivaliers, photo GRDF

« Nous sommes convaincus que cette nouvelle voie de valorisation ouvre de nouveaux horizons pour un festival plus responsable et plus inclusif. Avec cette démarche, les biodéchets produits deviennent une ressource pour le territoire. La boucle est bouclée en circuit court au profit aussi de l’indépendance énergétique et de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. » a déclaré Boris Vedel, Président du Printemps de Bourges Crédit-Mutuel.

Les déchets alimentaires, tout comme le verre et les autres déchets recyclables, sont collectés dans des bacs spécifiques, aux couleurs de la campagne de communication : « Ceci n’est pas un trognon de pomme, mais une source d’énergie ». Restes de sandwiches, fruits, frites, chichis…tous ces déchets organiques sont appelés à être valorisés, sans ben sûr leurs emballages et les couverts, qui eux ne sont pas méthanisables. Les consignes sont données aux restaurateurs du festival.

Le gaz renouvelable produit permettra d’alimenter des logements et des véhicules roulant au BioGNV, à l’instar des bus du réseau d’Agglobus ou encore des camions de collecte des déchets de SUEZ. Certains diront que cette action est un acte de communication, peut-être, il n’en demeure pas moins qu’il est indispensable pour que dans toutes les situations de la vie chacun n’oublie pas d’être responsable de ses actes, et cette initiative y concoure, bravo !

Frédéric Douard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *