Le marché mondial de la production d’énergie à partir des déchets se porte bien !

L’arrière de l’UVE de Saint-Ouen-sur-Seine après rénovation, avec son quai de chargement des mâchefers, image Reichen et Robert & Associés

Avec 130 nouvelles usines de combustion de déchets ménagers pour la production de chaleur et/ou d’électricité mises en service dans le monde en 2021, la filière se porte bien. C’est surtout le résultat de l’expansion des capacités en Chine, mais aussi en Europe et dans d’autres parties du monde. Cela représente une capacité supplémentaire de traitement d’environ 41 millions de tonnes de déchets solides par an. ecoprog cabinet de conseil allemand spécialisé dans les domaines des technologies environnementales et énergétiques apporte une analyse de ce marché depuis 2005.

Comme les années précédentes, c’est surtout la Chine qui est le moteur du marché mondial. On estime que 32 millions de tonnes par an de capacité supplémentaire auront été construites dans le pays en 2021, soit 75 % de l’expansion mondiale. Néanmoins, le marché chinois n’a encore qu’un intérêt limité pour l’industrie européenne du traitement thermique des déchets, étant donné que le marché chinois, dans de nombreux segments, est un marché très fermé, encore plus qu’il y a quelques années.

En Europe, dix usines d’une capacité d’environ trois millions de tonnes par an auront probablement été mises en service en 2021. C’est également l’un des nombres les plus élevés de ces dix dernières années. Sur cette expansion de capacité, environ 1,3 million de tonnes peuvent être attribués au Royaume-Uni ; la plus grande de ces nouvelles usines a été mise en service à Istanbul. Au total, environ 2580 usines de traitement thermique des déchets, d’une capacité combinée de 456 millions de tonnes par an, seront opérationnelles dans le monde à la fin de 2021. Parmi celles-ci, l’Europe compte environ 530 usines d’une capacité combinée de 107 millions de tonnes par an. Les perspectives du marché au niveau mondial restent donc positives même si les marchés nationaux évoluent parfois de manière très différente.

En Chine, la super année 2021 sera probablement une année record pour longtemps. Selon le plan quinquennal chinois, environ 100 millions de tonnes de capacité supplémentaire sont censées être construites entre 2021 et 2025. Ainsi, une partie importante de cette capacité a déjà été installée, bien qu’une partie de l’expansion de 2021, doit encore être attribué au plan quinquennal précédent. Cependant, il faut s’attendre à des taux d’expansion décroissants à l’avenir, étant donné que le recyclage des déchets devient également de plus en plus important en Chine. Néanmoins, en ce qui concerne l’expansion des capacités, la Chine dominera le marché mondial dans les années à venir.

Sur d’autres marchés plutôt jeunes, comme l’Inde, l’Indonésie ou le Brésil, on observe également un nombre croissant d’usines d’incinération de déchets. Même si de nombreux projets échouent dans ces pays par manque d’expertise ou de financement, le nombre de projets réalisés continue d’augmenter.

Seule l’Amérique du Nord d’ailleurs, au sens le plus large, ne peut être considérée comme un marché pour le traitement thermique des déchets. Au cours des dernières années, le nombre d’usines a diminué, les nouveaux projets de construction n’ont pratiquement pas vu le jour. Il est vrai que, sous l’administration Biden, la lutte contre la crise climatique est revenue dans l’agenda politique également aux États-Unis, et bien sûr, restreindre la mise en décharge apporterait une contribution significative dans ce contexte ; en plus de cela, un programme d’infrastructures sans précédent a été lancé suite à la pandémie de COVID-19. Cependant, le marché du traitement thermique des déchets, jusqu’à cette date, ne pouvait pas bénéficier de cette évolution. Cela est également dû au fait qu’une augmentation du prix de l’élimination des déchets en faisant payer la mise en décharge est toujours interdite dans la plupart des États américains.

ecoprog s’attend à ce que l’expansion annuelle de la capacité jusqu’en 2025 tombe à environ 21 millions de tonnes par an dans un premier temps. Mais cette diminution est vraisemblablement uniquement attribuable à la Chine, alors que dans presque tous les autres pays, un marché stable ou en croissance pour le traitement thermique des déchets peut être observé.

En Europe, les perspectives du marché du traitement thermique des déchets restent également globalement positives. Pourtant, ce marché sera également saturé à moyen terme. Mais en même temps, de nouveaux marchés s’ouvrent. Surtout en Europe de l’Est et du Sud, une expansion du traitement thermique des déchets est inévitable si la directive de l’UE de mettre en décharge un maximum de 10 % de tous les déchets municipaux d’ici 2035 doit être atteinte.

Les risques de marché existent principalement en raison du flou des orientations politiques. Jusqu’à présent, la manière dont les objectifs de recyclage de l’UE doivent être atteints en ce qui concerne les déchets municipaux – et s’ils peuvent être atteints du tout est totalement inconnu. Alors que d’un côté, de nouvelles capacités de traitement thermique des déchets sont nécessaires de toute urgence en raison d’objectifs politiques, les investissements dans les usines de traitement thermique des déchets, de l’autre côté, sont en même temps âprement combattus au niveau politique.

En conséquence du règlement de taxonomie de l’UE, par exemple, les projets de combustion des déchets risquent non seulement d’être exclus des subventions de l’UE, mais doivent également faire face à un accès entravé au marché financier global. Pourtant, dans des pays comme l’Allemagne ou le Royaume-Uni, le passé a montré que des usines de traitement thermique des déchets – en cas de pénurie d’élimination assez grave – sont finalement tout de même construites dans l’UE. C’est pourquoi, également dans les années à venir, ecoprog s’attend à une augmentation moyenne de sa capacité d’environ trois millions de tonnes en Europe. Cela inclut également le marché russe qui, dans les prochaines années, en raison d’un boom exceptionnel, présentera même la deuxième plus forte expansion après le marché britannique.

Dans quelques pays européens seulement, comme le Danemark ou les Pays-Bas, une tendance à la réduction des capacités de traitement thermique des déchets est à prévoir, ou des réductions de capacités ont déjà été envisagées. Dans ces pays, aujourd’hui, les déchets mélangés ne sont pratiquement plus mis en décharge, c’est pourquoi les gains de recyclage ne sont possibles qu’au détriment du traitement thermique des déchets. En plus de cela, ces pays, pour des raisons historiques, présentent des surcapacités importantes sur le marché de l’incinération des déchets qui, ces dernières années, avait été principalement exploité avec des déchets britanniques. Cette phase se termine par la mise en service d’autres usines au Royaume-Uni.

Enfin, le traitement thermique des déchets doit faire face à des prélèvements de plus en plus élevés. Celles-ci résultent par exemple d’une taxe sur la combustion (Suède), d’une taxe à l’importation (Pays-Bas) ou d’une taxation du dioxyde de carbone (Danemark, Pays-Bas), cette dernière étant également imminente en Allemagne, le plus grand marché européen pour le traitement thermique des déchets. C’est le seul marché où plusieurs nouveaux projets et projets d’expansion sont planifiés.

De manière générale, le changement climatique et le dioxyde de carbone sont des sujets qui, dans les années à venir, vont également changer radicalement le marché du traitement thermique des déchets, du moins en Europe. Cette situation crée en même temps des opportunités par exemple en ce qui concerne la capture et le stockage du carbone.

L’étude de marché d’ecoprog « Waste to Energy » est mise à jour annuellement. Dans le domaine de la valorisation thermique des déchets, il s’agit de l’étude de marché et de la collecte de données la plus complète au monde. L’actuelle 14 e édition 2021/2022 est disponible sur www.ecoprog.com.

>> Télécharger également l’Industry Barometer Waste-to-energy 2021

Frédéric Douard

Voir également tous nos articles sur la valorisation énergétique des déchets

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *