Les réseaux de chaleur, réponses efficaces à l’envolée du prix des énergies fossiles

La chaufferie bois du réseau de chaleur de La Bouloie à Besançon, photo Frédéric Douard

La flambée du prix des énergies fossiles qui affecte durement les ménages, les acteurs publics et les entreprises appelle des réponses qui accélèrent la transition énergétique, stimulent la croissance économique et remédient à la précarité énergétique des ménages. Les 833 réseaux de chaleur français réussissent cette synthèse en livrant une chaleur vertueuse et décarbonée à un prix compétitif et stable dans les territoires.

« Pour relever le défi de la neutralité carbone, la chaleur décarbonée et les énergies renouvelables sont des leviers essentiels ! » Barbara POMPILI, Ministre de la Transition écologique – Rencontres de la FEDENE de la transition énergétique, octobre 2021.

Développer les réseaux vertueux, une priorité pour réussir la transition énergétique

Les réseaux de chaleur ont la capacité de valoriser toutes les énergies renouvelables et de récupération (EnR&R) des territoires pour fournir une chaleur verte et décarbonée. Près de 90% de la chaleur livrée par les réseaux en 2020 a été produite à partir d’un mix énergétique composé d’au moins deux sources d’énergies. En 2020, les réseaux de chaleur ont également franchi un cap important en atteignant un taux d’EnR&R de 60,5%. A titre comparatif, le taux EnR des réseaux électrique et gazier est au moins deux fois inférieur.

Les réseaux de chaleur contribuent activement à réduire nos émissions de gaz à effet de serre. En dix ans, les émissions de carbone ont été divisé par deux. Aujourd’hui, en émettant seulement 129 gCO2 en ACV /kWh, les réseaux de chaleur sont deux fois moins émissifs que des chaudières utilisant du gaz ou du fioul domestique.

Le contenu CO2 des réseaux de chaleur français ne cesse de diminuer

Offrir une chaleur vertueuse à un prix compétitif et stable

Le prix de vente moyen de la chaleur livrée par réseau, 73,5 €HT/MWh en 2020, est resté stable par rapport à l’année précédente (-1,5%). La stabilité des prix de la chaleur livrée par réseaux résulte du bouquet énergétique des réseaux et d’une part fixe dans leur tarification. En effet, la variété de leur bouquet énergétique permet d’atténuer l’impact les variations des prix des énergies fossiles sur le prix moyen. Les réseaux sont également préservés des fluctuations internationales grâce à l’approvisionnement local en EnR&R comme le bois énergie, la géothermie ou la valorisation des déchets, dont les prix sont plus stables.

En plus de leur stabilité, le prix de la chaleur livrée est compétitif en coûts complets : en 2020, chauffer un logement moyen par un réseau de chaleur vertueux coûtait environ 1200 € TTC/an contre environ 1400 € TTC/an pour une alimentation au gaz collectif et un peu moins de 2000 € TTC/an avec une pompe à chaleur individuelle.

Relancer des initiatives concrètes autour d’objectifs communs

La loi de Transition Energétique et de la Croissance Verte (LTECV) fixe l’ambition de toute une filière : livrer 39,5 TWh de chaleur EnR&R en 2030. Au niveau européen, le Pacte Vert va accélérer la réduction des émissions de CO2 d’ici 2030. Pour transformer ces ambitions en résultats concrets, le SNCU, l’ADEME, AMORCE et la DGEC travaillent en étroite collaboration pour :

  • Décarboner massivement les réseaux existants pour se conformer, entre autres, à la nouvelle réglementation environnementale des bâtiments neufs (RE2020).
  • Densifier les réseaux vertueux grâce au classement qui deviendra automatique à partir du 1er janvier 2022. Le futur décret doit donner les moyens aux collectivités de vérifier que les constructions nouvelles et rénovées se raccordent aux réseaux de chaleur.
  • Créer de nouveaux réseaux dans les villes de moins de 50 000 habitants dont la moitié en sont encore dépourvues. Opérateurs, collectivités et pouvoirs publics œuvrent de concert pour accélérer le lancement de nouveaux réseaux dans ces villes à fort potentiel.
  • Aider les abonnés des réseaux de chaleur vertueux permettant de compenser les variations de prix des énergies fossiles.

En savoir plus :

  • Fédération française des Services Energie Environnement : www.fedene.fr
  • SNCU, syndicat professionnel qui regroupe les gestionnaires publics ou privés de réseaux de chaleur et de froid français : www.fedene.fr/les-syndicats/SNCU/
  • AMORCE, premier réseau français de collectivités territoriales et d’acteurs locaux engagés dans la transition écologique : www.amorce.asso.fr

Frédéric Douard