La raffinerie Pernis de Shell à Rotterdam produira des biocarburants dès 2024

Raffinerie de Permis à Rotterdam, photo Shell

Le 16 septembre 2021, la compagnie pétrolière Shell a annoncé qu’elle allait construire une usine de production de biocarburants d’une capacité de 820 000 tonnes par an et ceci sur son site de Rotterdam anciennement connu sous le nom de raffinerie Pernis. L’installation sera l’une des plus grandes d’Europe à produire du carburant d’aviation durable (SAF) et du diesel renouvelable à partir de déchets. Une telle usine pourrait produire suffisamment de diesel renouvelable pour éviter 2 800 000 tonnes d’émissions de dioxyde de carbone par an, soit la production d’un million de voitures européennes.

Ce projet s’inscrit dans l’objectif du pétrolier à atteindre zéro émission nette d’ici 2050. Des méthodes de production avancées seront utilisées pour fabriquer ces carburants. L’installation devrait utiliser la technologie de capture des émissions de carbone du processus de fabrication et le stocker dans un champ de gaz vide sous la mer du Nord via le projet de Porthos. Une décision finale d’investissement pour Porthos est attendue l’année prochaine.

Dans le cadre de sa stratégie Powering Progress, Shell va transformer ses 14 raffineries en cinq parcs énergétiques et chimiques. Shell vise à réduire la production de carburants traditionnels de 55 % d’ici 2030 et à fournir davantage de carburants à faible teneur en carbone tels que les biocarburants pour le transport routier et l’aviation, et l’hydrogène. L’Energy and Chemicals Park Rotterdam (raffinerie Pernis) est le deuxième parc à être annoncé, après le lancement en juillet 2021 de l’Energy and Chemicals Park Rheinland, en Allemagne.

L’installation de production de biocarburants de Rotterdam devrait démarrer sa production en 2024. Elle produira des carburants à faible teneur en carbone tels que du diesel renouvelable à partir de déchets sous forme d’huile de cuisson usée, de déchets de graisse animale et d’autres produits résiduels industriels et agricoles.

Une gamme d’huiles végétales certifiées durables, telles que le colza, complétera les matières premières des déchets jusqu’à ce que des matières premières avancées encore plus durables soient largement disponibles. L’installation n’utilisera pas d’huile de palme vierge comme matière première.

Le carburant d’aviation durable (SAF) pourrait représenter plus de la moitié de la capacité de 820 000 tonnes par an, le reste étant du diesel renouvelable. Le SAF ne représente actuellement que 0,1% du carburant d’aviation mondial. Cet investissement contribuera à augmenter sa production.

Frédéric Douard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *