Le syndicat mixte des transports Artois-Gohelle fait rouler 26 bus au colza français

Bus Tadao roulant à l’Oléo 100, photo SMT AG

Le Syndicat Mixte des Transports Artois-Gohelle est une autorité organisatrice de la mobilité dans l’Artois, Pas-de-Calais. Il regroupe les 150 communes qui composent les agglomérations de Lens-Liévin, Hénin-Carvin et Béthune-Bruay. Avec un peu plus de 650 000 habitants, le réseau TADAO se positionne dans le top 10 des plus importants réseaux de l’hexagone. Unique, ce réseau ne présente pas de ville-centre mais six communes, de 25 000 à 33 000 habitants, répartis sur un territoire de près de 1 000 km². C’est ici qu’a vu le jour la première ligne de bus en France exploitée entièrement avec des bus hydrogène, en novembre 2019.

Une nouvelle étape vers une mobilité plus durable

Avec un renouvellement de plus de 50% de sa flotte en hybride ou hydrogène en quatre ans, le SMT AG est résolument engagé dans une démarche de réduction de ses émissions de CO2. Une nouvelle étape a été franchie au printemps 2021 avec l’expérimentation du carburant Oleo100, le premier biodiesel 100% colza français.

Ce biocarburant est produit dans trois sites français de Saipol, une filiale du Groupe AVRIL. L’utilisation de d’Oleo100 permet de réduire de 60% ses émissions de CO2 et jusqu’à 80% ses émissions de particules fines, tout en restant 100% biodégradable et renouvelable.

La flotte d’autobus hybrides Volvo du SMT AG est équipée d’une motorisation compatible avec ce carburant B100. Fort de plus de quinze ans d’expérience acquise principalement en Suède (4 000 véhicules roulant avec ce type de biocarburant), le constructeur Volvo a confirmé que les 26 autobus, configurés avec la cartographie moteur adaptée, peuvent rouler au B100 sans incidence sur la garantie de ces derniers.

Tous les paramètres étant réunis, une cuve d’Oleo100 a été installée sur le centre de maintenance et de remisage d’Houdain courant mars et depuis, les 26 bus hybrides Volvo exploités sur le réseau TADAO roulent donc maintenant jaune colza !

La cuve d’Oléo100 à Houdain, photo SMT AG

Un biocarburant 100% local

Durant des décennies, la France nourrissait principalement ses bêtes en protéines avec du soja importé des USA ou du Brésil. Sa dépendance était alors de plus de 90%. Depuis le pays a lancé un ambitieux Plan Protéines dont l’objectif est de créer une véritable filière nationale de protéines végétales. Quel rapport avec les bus direz-vous ?

Les graines de tournesol ou de colza sont triturées et pressées. Le tourteau obtenu, qui présente des qualités nutritionnelles intéressantes pour les éleveurs et un prix attractif, est incorporé dans l’alimentation des bovins, des ovins et des porcins.

Les quantités d’huile produites, bien supérieures aux besoins en huiles alimentaires, sont utilisées pour produire du biocarburant. On ne plante donc pas du colza uniquement pour faire du biocarburant, mais aussi pour améliorer l’autonomie alimentaire du bétail et pour éviter de continuer à encourager la déforestation en Amazonie.

Frédéric Douard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Volvo pour figurer ici avec votre logo et vos coordonnées, c'est tout simple, contactez fbornschein+annuaire@bioenergie-promotion.fr

Volvo est cité aussi dans ces articles :
  • Déchiqueteuse Pezzolato PTH 1200/820 Hackertruck propulsée par le moteur du camion
  • Volvo Trucks a presenté un nouveau moteur biogaz-biodiesel à Francfort
  • Tous les articles mentionnant Volvo