Le taux d’éthanol dans l’essence américaine atteint 8,5%

Au mois de juillet dernier sur les 9,5 millions de baril/jour d’essence qui sont sortis des raffineries de pétrole américaines, a été globalement incorporé 0,81 million de barils/jour d’éthanol à ces carburants nous indique l’EIA. Ceci représente donc une teneur moyenne en volume de 8,5%.

Une observation de la progression de ce ratio depuis  plus de 5 ans montre une certaine stagnation de la teneur moyenne en éthanol utilisé depuis le début de l’année (FIG.).

Bien que les productions de fuel-éthanol dans les distilleries américaines soient supérieures à ces consommations locales, le surplus étant exporté, les raisons de ce piétinement sont de deux ordres :

  • la teneur en éthanol pour les carburants « oxygénés » est encore limité à 10% (mélange E10) et la profession attend avec impatience la fin des essais qui activeront le feu vert de l’Administration américaine pour passer au E15 à 15% d’éthanol. La date prévue pour cette modification est encore incertaine, mais attendue en 2010 ou début 2011.
  • les 7 millions de véhicules américains existants, équipés du système flex-fuel, ont du mal à s’approvisionner en mélange E95 à 95% d’éthanol en raison du faible nombre de pompes disponibles capables de délivrer un tel mélange. Il n’y aurait que 2255 pompes en service sur tout le territoire auxquelles il faut ajouter les 250 pompes à essence qui peuvent délivrer n’importe quel mélange et qui constituent la solution du futur.

A l’approche des élections de mid-term le Department of Energy vient une fois de plus d’affirmer son attachement à un accroissement de l’utilisation des biocarburants dans les transports…et de la possibilité d’obtenir des aides à l’équipement des stations services en particulier dans les régions productrices de la corn-belt.

Il est clair que pour des raisons économiques et politiques évidentes, produire les carburants automobiles aux US plutôt que de les importer du Venezuela, d’Iran, de Lybie ou d’Arabie Saoudite, l’Administration américaine va pousser les feux dans les biocarburants comme l’éthanol. Le passage au E15 et une démocratisation du flex-fuel, prônée par General Motors, peut permettre en quelques années de doubler la consommation américaine de fuel-éthanol et d’atteindre puis dépasser les 1,6 millions de barils/jour. Ce paramètre couplé à la réduction des consommations des véhicules, interviendra bien sûr de façon significative dans la consommation à venir de pétrole dans le monde.

LIRE un papier sur le sujet de l’excellent Todd Neeley de DTN.

Le 3 Octobre 2010, par Raymond Bonnaterre, Le blog des énergies nouvelles