Le futur réseau de chaleur de Pau alimenté à 75% par les déchets et le bois

La chaufferie du quartier du Hameau à Pau mise en service en 2013, photo Sepadour

Après la réalisation de deux premières chaufferies bois, l’une de 80 kW sur la commune de Sendets et une de 2 MW dans le quartier du Hameau à Pau, la Communauté d’Agglomération Pau Béarn Pyrénées a lancé la construction d’un réseau de chaleur qui sera principalement alimenté par l’unité de valorisation énergétique de Lescar et par une chaufferie bois de 9 MW construite sur la commune de Lons.

Cette action voit le jour dans le cadre du Plan Action Climat du territoire adopté le 28 juin 2018. Il s’agit d’un programme d’actions à mettre en oeuvre pour atteindre les objectifs du scenario de transition énergétique retenu par la CAPBP :

  • Moins 27 % de Gaz à effet de serre d’ici 2030
  • Moins 20 % de consommation énergétique
  • Doublement de la part d’énergies renouvelables (EnR) dans la consommation énergétique finale
  • Moins 10 % de polluants atmosphériques

Vue de la future chaufferie bois de Lons, image du Cabinet Julien Camborde

Le futur Réseau de Chaleur Urbain entrera progressivement en service à partir de fin 2021. Au terme de ce programme, il utilisera les énergies renouvelables et de récupération à hauteur de 75 %. Les deux tiers de cette contribution proviendront de l’usine d’incinération de Lescar, et le tiers restant proviendra de la chaufferie biomasse qui sera construite prochainement à Lons. Les besoins en bois-énergie ont été estimés à 12 700 tonnes par an. Le combustible sera composé de plaquettes forestières.
Le complément sera assuré par le gaz naturel à la chaufferie de l’UPPA à Pau.

Outre la dimension environnementale, le projet affiche une ambition sociétale avec une chaleur compétitive qui contribuera à lutte contre la précarité énergétique du futur écoquartier de Saragosse.

Le réseau de chaleur permettra ainsi d’économiser annuellement 20 000 tonnes de CO2 par rapport à la situation actuelle en énergie fossile, soit 520 000 tonnes sur la durée des 26 ans de la Délégation de Service Public.

Pour livrer les 110 GWh annuels prévus, 44 km de réseau sont nécessaires.
Le projet d’un coût de 51 millions d’Euros HT bénéficie du soutien du Fonds Chaleur de l’ADEME, ainsi que de subventions régionales et européennes.

Plan du réseau de Pau. Cliquer sur la plan pour l’agrandir.

Le réseau sera déployé en quatre phases :

  • le tronçon principal en 2020 et 2021 (réseau en rose fushia)
  • le secteur Billère – Université – Hélioparc en 2021 (réseau bleu),
  • le quartier Saragosse en 2022 (réseau vert),
  • le secteur Centre Hospitalier – Calicéo – Péguilhan en 2023 (réseau rouge).

Les premiers abonnements au futur réseau de chaleur ont été signés le 6 janvier 2019. D’ici 2023, ce seront près de 9000 équivalent-logement qui y seront raccordés.

Un montage juridique panaché

Le montage juridique retenu pour réaliser ce réseau de chaleur est un contrat mixte. Cette disposition du droit public, existant depuis 2016 seulement, a été choisie afin de garantir la faisabilité économique du projet.

Dans le cadre de ce contrat mixte :

  • Le tronçon de réseau entre l’incinérateur de Lescar et la chaufferie d’appoint située sur le campus de l’UPPA est réalisé via un marché de travaux financé par la collectivité ;
  • La conception, la réalisation et l’exploitation du réseau de distribution et des équipements de production d’énergie sont réalisés via une délégation de service public concessive.
  • L’exploitation du tronçon de transport de chaleur fait l’objet d’un contrat d’affermage.

La mise en oeuvre d’un contrat mixte pour un réseau de chaleur est une première en France.

Les principaux chiffres

  • Investissement de 51 millions €
  • 9000 équivalent – logements alimentés
  • 44 km de canalisations souterraines
  • 169 sous-stations
  • Puissance bois : 9 MW
  • Consommation annuelle de bois : 12 700 tonnes
  • 110 GWh/an livrés
  • Taux d’EnR&R ≥ 75 %
  • Durée des travaux :  2020 à 2023

Pour en savoir plus, le site de la société de projet, filiale d’ENGIE Solutions et de la Banque des Territoires : agglo-pau.reseau-chaleur.com

Frédéric Douard