En Suisse, la Fondation KliK soutient les chaufferies mobiles à granulés

Un article du bulletin d’Energie Bois Suisse n°71 de mars 2020

Chaufferies mobiles à granulés, photo Fondation KliK

Apparus sur le marché suisse voici quelques années, les chauffages mobiles à granulés ont depuis lors su se faire une place ainsi que leurs preuves. Ils représentent une alternative respectueuse du climat aux chauffages mobiles à mazout, qui restent encore largement utilisés. Rien qu’en Suisse, on estime que ces derniers émettent plus de 300 000 tonnes de CO2 par an – et la tendance est à la hausse.

L’utilisation de granulés pour les systèmes de chauffage mobiles permet d’employer un combustible neutre en carbone, ce qui contribue à la réduction des émissions de CO2.

En outre, les chauffages mobiles à usage temporaire sont souvent utilisés dans des locaux mal isolés voire pas du tout, ce qui nécessite une puissance élevée. La réduction des émissions obtenue grâce au passage aux pellets peut s’avérer d’autant plus importante.

Utilisation dans de nombreux domaines

L’utilisation d’appareils mobiles présente de nombreux avantages. Ils peuvent servir durant des périodes plus ou moins longues dans les domaines les plus variés – par exemple, dans le secteur du bâtiment pour le séchage des sols ou comme solution de secours en cas de défaillance d’une centrale de chauffage. Par ailleurs, les chauffages mobiles à pellets peuvent servir à chauffer des chapiteaux dans un cadre événementiel. Ou encore dans le secteur agricole, pour le séchage du foin ou le chauffage de serres.

Les chaufferies mobiles à granulés peuvent être loués auprès de différents fournisseurs. La plupart d’entre eux proposent un service complet avec maintenance à distance, installation, mais aussi récupération et élimination des cendres, ce qui réduit au minimum l’intervention des locataires nécessaire pour faire fonctionner l’équipement.

La Fondation KliK subventionne l’utilisation de chaufferies mobiles à granulés avec systèmes à air ou à eau d’une puissance de 50 à 250 kW, qui sont mis en oeuvre en Suisse. Depuis le 1er janvier 2019, pour chaque réduction d’émissions réalisée, les propriétaires touchent CHF 80.- pour les équipements fonctionnant à l’air et CHF 140.- pour ceux fonctionnant à l’eau. Cela correspond à une rétribution de 3,9 centimes par kWh de chaleur produite. Les systèmes à eau étant plus efficaces que ceux à air grâce à leur capacité d’accumulation thermique, ils bénéficient d’un montant plus élevé par kWh.

Environ 180 000 tonnes de CO2 évitées d’ici 2030

Grâce aux subventions, ces équipements peuvent être mis en oeuvre et loués à des conditions compétitives. Depuis le lancement du programme en 2014, 378 appareils ont été enregistrés (situation en novembre 2019). On estime qu’environ 180 000 tonnes de CO2 auront été compensées d’ici 2030. La participation au programme n’est pas compliquée: il suffit de s’inscrire au système de gestion de projet en ligne. Les réductions d’émissions réalisées sont calculées sur la base de la consommation annuelle de combustible.

www.mobileheizungen.klik.ch