Le bioéthanol européen en danger face aux importations avec la crise du Covid

Pompe Superéthanol-E85, photo CGB

La filière française de production d’alcool agricole s’est mobilisée pour participer au combat commun contre le Covid-19, en répondant à la très forte hausse de la demande d’alcool pour les solutions et gels hydro-alcooliques. Elle alerte cependant sur les conséquences internationales de la crise du Coronavirus et leurs effets sur son débouché principal du bioéthanol pour les carburants, qui s’effondre avec le confinement et est menacé par des importations en provenance des Etats-Unis et du Brésil. Elle demande des mesures de sauvegarde rapides au niveau européen.

Besoins pour les gels hydro-alcooliques : une réponse efficace des producteurs français d’alcool agricole

La France est le premier producteur européen d’alcool agricole avec 25% de la production. Forts de leur longue expérience dans le secteur de l’alcool pour la désinfection, les industriels consacrent une part de plus en plus importante de leur production à répondre efficacement à la demande des fabricants de gels hydro-alcooliques, en très forte croissance. Cette utilisation, qui représentait moins de 1% des utilisations, a été multipliée par 5, voire 10. Cela démontre l’importance de cette filière locale qui produit également du sucre, de l’amidon, des protéines végétales et de l’alimentation animale en valorisant les betteraves et les céréales issues de l’agriculture française.

Protéger le marché européen du bioéthanol-carburant face aux importations

Cependant, le débouché principal de l’alcool agricole français (60% des utilisations) est en crise. La consommation d’essence par les automobilistes français a baissé de plus de 75%, avec le confinement. Cette situation place les producteurs d’alcool français dans une situation très critique de surproduction et de besoins de stockage. Cela se retrouve partout en Europe (6% de la production mondiale d’éthanol) et surtout chez les deux principaux pays producteurs d’alcool agricole, les Etats-Unis (plus de 50% de la production) et le Brésil (près de 30% de la production). Aux Etats-Unis et au Brésil, les stocks atteignent des niveaux record. Face à cette situation, la filière française du bioéthanol prévoit, mécaniquement, l’arrivée massive d’éthanol provenant de ces deux pays sur le marché européen, à brève échéance.

Pour empêcher une crise après la crise, dont les producteurs français auraient beaucoup de mal à se relever, la filière française du bioéthanol demande le soutien de la France pour que l’Union Européenne mette en place immédiatement des mesures de sauvegarde efficaces face aux importations de bioéthanol provenant des Etats-Unis et du Brésil. Une nécessité alors que l’incertitude est totale sur la sortie du confinement et la reprise de l’économie.

Le bioéthanol est incorporé à ce jour dans les essences en France, en pur ou dans un dérivé, jusqu’à 7,5% (dont au maximum 5% d’éthanol pur) dans le SP95 et le SP98, jusqu’à 10% dans le SP95-E10 et jusqu’à 85% dans le Superéthanol-E85. Pour plus d’informations : www.bioethanolcarburant.com

Frédéric Douard