Les encours de la finance durable ont doublé en France en 2019

En France, le nombre de fonds durables a augmenté de près de 50% en 2019, photo Samuel Douard

Novethic vient de publier son Indicateur annuel des fonds relevant de la finance durable distribués en France. Le développement de ce marché est en pleine accélération. En un an, ses encours ont presque doublé, atteignant 278 Mds€ à la fin de l’année 2019, et le nombre de fonds durables a augmenté de près de 50%, avec 704 fonds. Le nombre d’acteurs internationaux ne cesse de croître, accentuant la concurrence dans un marché en pleine expansion. Deux autres tendances fortes sont à noter : l’émergence des fonds indiciels ESG et l’attractivité croissante des fonds thématiques environnementaux et sociaux.

Le volume d’encours des fonds durables a quasiment doublé en 2019

Le nombre de fonds durables accessibles aux épargnants français est en croissance de +44%. Les performances financières sont excellentes avec +22% toutes classes d’actifs confondues hors fonds monétaires.
Cette dynamique de développement a été particulièrement forte au cours du deuxième semestre de l’année, que ce soit sur l’offre de fonds ou le nombre de fonds labellisés. Cette accélération est à mettre sur le compte de la loi PACTE, obligeant notamment la diffusion d’au moins un produit labellisé dans le cadre de l’assurance vie.

Des dynamiques fortes mais distinctes pour les deux labels d’État

En 2019, le label public ISR a été attribué à 117 fonds supplémentaires portant à 263 le nombre total de fonds labellisés pour 128 Mds€ d’encours. Le label devient un élément de pénétration du marché français puisque les acteurs non-français sont de plus en plus présents. 62 fonds labellisés ISR sont gérés par des sociétés domiciliées hors de France.

On constate la montée en puissance d’une offre de gamme labellisée ISR dans au moins trois sociétés de gestion (BNP Paribas AM, La Banque Postale AM, Natixis IM) qui ont chacune fait labelliser plus de 20 fonds. La terminologie ISR qui rassemble les fonds intégrant des dimensions ESG (Environnementales, Sociales et de Gouvernance), reste assez confuse pour les fonds labellisés. 179 fonds n’emploient pas le terme ISR dans leur nom, et parmi eux, 64 sont des fonds thématiques dont 19 environnementaux. L’explication est sans doute à chercher du côté de l’absence d’exclusion d’énergies fossiles dans le référentiel du label (charbon, pétrole, gaz).

Les encours des fonds labellisés Greenfin ont quant à eux quadruplé en un an, atteignant 6 Mds€ à fin décembre 2019. Un développement significatif pour ce label qui garantit la qualité environnementale des fonds et qui a bénéficié en 2019 d’un changement de nom et de visuel, contribuant à sa bonne progression.

Autre signe d’un marché en développement et fait notable de 2019 : la labellisation du premier fonds de fonds, AXA Sélection Obligations Monde, composé exclusivement de fonds labellisés Greenfin.

Une attractivité confirmée pour les fonds thématiques

Le développement du marché des fonds durables s’appuie particulièrement sur les fonds thématiques qui représentent 25% des fonds et des encours. L’attractivité repose notamment sur les bonnes performances des fonds (+29% en moyenne pour 94 fonds) mais aussi sur leur lisibilité avec des thèmes d’investissements plus clairement identifiables.

Le classement des fonds environnementaux ayant le plus collecté en 2019 positionne trois sociétés de gestion étrangères en tête dont deux américaines, Fidelity et BlackRock. Les trois fonds pèsent ensemble 4,8 Mds€, soit 12% des encours.

Les fonds thématiques environnementaux se développent fortement, particulièrement sur les thématiques de l’eau, des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. Mais le phénomène notable de 2019 est la progression des fonds à thématiques sociales au sein desquels émerge particulièrement le thème de l’éducation, qui a collecté près d’1 Md€ en 2019.

> Télécharger l’indicateur 2019

En savoir plus sur www.novethic.fr