Châssis Norma économise plus de 100 000 litres de fioul par an avec ses chutes de bois

Une fiche de cas de l’association régionale ValBiom

En 2012, la menuiserie industrielle Châssis Norma, située à Malonne près de Namur, a investi dans une  chaufferie à bois déchiqueté pour assurer le chauffage des bureaux, des ateliers ainsi que du séchoir du local à peinture. A la suite d’un audit énergétique, une amélioration de l’isolation des bâtiments a été réalisée, permettant d’installer une chaudière de puissance plus faible.

L’entreprise s’est aussi dotée d’un silo-tour pour stocker l’ensemble des résidus de bois (copeaux et sciures) qu’elle produit. Le silo est directement alimenté par un système d’aspiration des différentes machines-outils de l’entreprise. D’autres résidus de bois de taille plus grossière, générés par l’activité de l’entreprise sont quant à eux homogénéisés à l’aide d’un broyeur avant d’être injectés dans le silo alimentant la chaudière.

En utilisant ses propres résidus de bois, l’entreprise est autonome du point de vue de ses besoins en chaleur. Cet investissement lui a permis de diminuer ses dépenses liées à l’achat de combustible fossile mais également ses coûts induits par l’enlèvement des résidus de bois. Cette substitution de 102 000 litres de mazout évite le rejet annuel de 280 tonnes de CO2 fossile et de 477 kg de SO2 dans l’atmosphère.

« Notre installation nous évite de devoir stocker nos déchets de bois ou de devoir payer pour les évacuer. Elle nous évite de devoir financer le transport d’un combustible (autrefois mazout) puisque il est produit sur place. De plus, elle permet une autonomie énergétique. » Alain Praile, directeur d’usine chez Châssis Norma – Groupe Pierret System SA (Namur).

La chaufferie bois produit en moyenne 915 MWh de chaleur par an, ce qui a permis de réaliser une économie annuelle de l’ordre de 79 000 € par rapport au mazout dans les conditions économiques de 2014.

Le projet en résumé
Type d’installation: chaudière à bois déchiqueté 500kW.
Volume du silo: silo de 500 m³ qui permet une autonomie de 4 semaines à pleine puissance.
Consommation moyenne annuelle: 1.046 m³ de bois déchiqueté soit 196 t de bois à 15% d’humidité.
Réseau de chaleur principal: trois circuits hydrauliques distincts pour alimenter en chaleur les bureaux, les ateliers et le séchoir du local de peinture.
Investissement total : 333.133,43 € HTVA. Financement : aide UDE : 35 % d’aides de la Région wallonne.
Économies annuelles par rapport au mazout en 2014 : 79.000 €.
Temps de retour sur investissement avec aide, dans les conditions économiques initiales : 2,7 ans.

Pour en savoir plus sur les bioénergies en Wallonie : www.valbiom.be

Frédéric Douard