L’unité de valorisation des déchets de Villefranche-sur-Saône livrera plus d’énergie

L’unité de valorisation énergétique des déchets de Villefranche-sur-Saône, photo Sytraival

A l’occasion du renouvellement du contrat d’exploitation de l’unité de valorisation énergétique des déchets de Villefranche-sur-Saône, signé le 2 décembre 2019 avec Dalkia Wastenergy, le propriétaire du site, le Sytraival (syndicat mixte d’élimination, de traitement et de valorisation des déchets Beaujolais-Dombes), a prévu un budget de 25 millions d’euros de travaux sur 10 ans pour améliorer les performances énergétiques et environnementales de l’usine. 

Les aménagements techniques prévus au contrat permettront entre autres de pérenniser l’installation et d’anticiper l’évolution de la nature des déchets réceptionnés : fiabilisation des chaudières pour les adapter à la typologie changeante des déchets, agrandissement de la fosse de réception des déchets, installation des techniques les plus innovantes pour le traitement des fumées.

L’un des fours Martin de l’UVE de Villefranche-sur-Saône, photo Sytraival

Le chantier portera aussi sur l’aspect architectural de l’usine et sur l’accueil des visiteurs. Un espace pédagogique capable d’accueillir le grand public sera implanté au-dessus de la salle de commande. Il offrira une vue globale sur l’installation et proposera des animations pour comprendre le processus de transformation des déchets ménagers résiduels en chaleur et électricité.

“Ce chantier est mené parallèlement au développement de notre réseau de chaleur urbain qui valorisera plus d’énergie issue de la combustion des déchets.”, a déclaré Jean-Paul Chemarin, président du Sytraival.

Chiffres clés

  • 10 ans de contrat d’exploitation
  • 25 millions d’euros de travaux de modernisation
  • Plus de 80 000 tonnes de déchets ménagers résiduels valorisés par an

Le Sytraival valorise les déchets ménagers résiduels de plus de 260 communes et environ 350 000 habitants répartis sur les départements du Rhône, de l’Ain et de la Saône-et-Loire.

Frédéric Douard