Pour le climat, il va falloir installer des millions de méthaniseurs dans le Monde

Le président de la WBA, David Newman (à gauche) et le Dr Sarika Jain, auteur (à droite), présentent le rapport sur le potentiel mondial du biogaz à Niclas Svenningsen, de l’UNFCCC, au Sommet mondial du biogaz de 2019.

Les leaders de l’industrie mondiale du biogaz appellent les gouvernements à travers le monde à libérer tout le potentiel du biogaz dans la lutte contre la crise climatique : 

  • Si toutes les barrières étaient retirées, l’industrie du biogaz pourrait soustraire d’ici 2030 jusque quatre milliards de tonnes d’équivalent émissions de CO2 par an, ce qui représente au moins 12 % des émissions mondiales d’aujourd’hui.
  • Aujourd’hui, seulement 2% de la ressource mondiale pour produire du biogaz est collectée et valorisée.
  • Lors de la réunion de la COP 25 en Espagne, l’Association mondiale d biogaz présentera à  l’UNFCCC une déclaration dans laquelle les leaders s’engagent à mobiliser tout le potentiel possible de biogaz d’ici 2030 en faisant appel aux gouvernements du monde entier pour soutenir cette ambition.

Dans la Biogas and Climate Change Commitment Declaration, les grandes entreprises du biogaz, regroupées au sein de l’Association mondiale du Biogaz (WBA), font ainsi appel aux gouvernements du Monde à agir de toute urgence en vue d’atteindre leurs objectifs de l’Accord de Paris. En retour, ces entreprises s’engagent à mettre à disposition toutes leurs ressources humaines, financières et technologiques pour permettre l’expansion rapide du biogaz dans toutes les régions du globe.

C’est la première fois que tant d’organisations puissantes unissent leurs forces pour contrer les changements climatiques !

Dans son récent rapport, Global Potential of Biogas, WBA estime à 132 000 que le nombre d’installations industrielles de biogaz à l’échelle mondiale. WBA estime également qu’en 2030, il faudrait au moins un million d’installations de grande taille (manipulation plus de 100 000 t / an de matières premières) ainsi que des millions de plus petits digesteurs, pour atteindre les objectifs de réduction des émissions. Toutes ces unités permettrait à l’industrie du biogaz d’éviter l’émission de quatre milliards de tonnes d’équivalent CO2 chaque année, soit l’équivalent de toutes les émissions de l’UE28 en 2017. Le secteur devrait investir pour cela environ 5000 milliards de dollars américains pour concevoir, construire et exploiter ces unités. Déployé à son plein potentiel, l’industrie du biogaz emploierait alors environ 10 millions de personnes dans le monde entier, au lieu des 350 000 actuellement. Mais tous les obstacles actuels à ces investissements doivent être éliminés !

Les signataires de la Déclaration
World Biogas Association
Asia Biogas, Thailande
Clarke Energy, Royaume Uni
DMT Environmental Technology, Pays-Bas & USA
Eisenmann Corporation, USA
ENGIE, France
Greenlane Renewables, Canada
Greve Biogass, Norvège
Grissan, Royaume Uni
IES BIOGAS, Italie
MONTELLO, Italie
Nature Energy, Danemark
OMEX Environmental, Royaume Uni
SHV Energy, Pays-Bas
SUEZ, France
WELLE Environmental Group, Chine

Lancée à la COP 22 à Marrakech en 2016, l’Association mondiale du biogaz se consacre à faciliter l’adoption du biogaz au niveau mondial. Elle est d’avis que l’adoption globale des technologies du biogaz est une occasion à multiples facettes pour produire de l’énergie propre et renouvelable tout en résolvant les problèmes mondiaux liés au développement, la santé publique et la croissance économique. www.worldbiogasassociation.org.

Téléchargements (en anglais) :

Frédéric Douard

Frédéric DOUARD

Frédéric DOUARD : rédacteur en chef du magazine Bioénergie International, animateur du Portail francophone des bioénergies. Pour me contacter : fdouard arobase bioenergie-promotion.fr

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Favand Guy dit :

    Bonjour, Oui oui et encore oui la méthanisation contrôlée et sa production de Biogaz est la solution la plus efficace pour réduire nos émissions mondiales de GES. Pour rester bref voici les cinq avantages de la méthanisation et de son Biogaz que j’ai enseigné à mes étudiants tout en développant des modèles simples économiques et fiables de méthaniseurs individuels… pour les particuliers, pour les zones isolées:.. pour ne plus couper d’arbres à charbon de bois!
    1°) Dépollution,
    Traitement intelligent, valorisant et peu coûteux de toutes les matières organiques fermentescibles comparé à leur incinération, leur mise en décharge (illégale!), ou leur compostage (des déchets verts et autres déchets).

    2°) Désodorisation,
    Quelles que soient les matières à méthaniser ; (déjections de toutes natures, déchets d’abattage, carcasses d’animaux…etc.), pendant et après la méthanisation, il n’y a plus d’odeurs désagréables, c’est surprenant !

    3°) Production d’Energie propre, renouvelable, et accessible au plus grand nombre,
    Le méthane du Biogaz n’agit pas dans les problèmes d’effet de serre comme le gaz dit ‘’naturel’’ (qui est en fait du gaz fossile !), ou le butane et le propane qui correspondent à un déstockage gigantesque de carbone fossile ! Le méthane du Biogaz, participe au cycle court ou contemporain du carbone. Le Biogaz comporte aussi de l’hydrogène en proportion importante, gaz noble et particulièrement énergétique qui ne produit que de l’eau pure lors de sa combustion. Produire son énergie c’est aussi faire des économies financières tout en s’assurant une continuité et stabilité dans le temps… le début vers l’autosuffisance !

    4°) Aseptisation,
    Après méthanisation, les résidus de fermentation passent en phase d’aérobiose, une ‘’post fermentation’’ s’installe et fait monter la température à plus de 55°C. Ils ne contiennent plus de germes pathogènes comparé par exemple à certains déchets d’abattages, aux lisiers de porcs et boues des stations d’épurations utilisés actuellement (et illégalement !) en épandage sur des terres agricoles.

    5°) Production d’amendements organiques naturels,
    Les résidus de méthanisation (ou ‘’digestats’’) sont des amendements organiques naturels très riches qui remplacent les engrais chimiques. Ces amendements permettent de reconstituer et régénérer les sols pauvres, ils agissent comme accélérateurs naturels de croissance des plantes et limitent l’évaporation. Ils permettent des économies financières en évitant l’achat d’engrais de synthèse !

    Produire son Biogaz impose des pratiques agricoles naturelles.
    En effet les différentes familles de bactéries qui vont travailler bénévolement pour vous en produisant gratuitement cette forme d’énergie renouvelable seront inefficaces ou détruites si elles sont confrontées à des produits chimiques et /ou médicamenteux (antibiotiques, désinfectants divers…).
    Cordialement,
    Guy Favand
    Professeur en Sciences et Techniques Industrielles
    Expert EnR MdE
    Formateur Risques Majeurs Membre de http://www.iffo-rme.fr
    Lanceur d’alerte