LʼAdeme Bretagne lance et présente lʼappel à projets méthanisation


Photo Jacques Le Goff, Ademe Bretagne

Gilles Petitjean, Directeur régional de lʼADEME Bretagne : « il sʼagit dʼun programme dʼaide à lʼagriculture avec des engagements financiers pour limiter les flux dʼazote vers les côtes et expérimenter avec les agriculteurs bretons la nécessaire mutation environnementale. Le développement de la méthanisation sʼinscrit dans la lutte contre les marées vertes ». Face à la prolifération des algues vertes, aux dommages causés aux hommes et à l’environnement, un plan Algues Vertes a été lancé le 5 février 2010 à Rennes par le Ministre de l’alimentation, de l’agriculture et de la pêche et la secrétaire d’Etat chargée de l’écologie. Dans le cadre du Volet Prévention de ce plan, l’ADEME est missionnée par l’Etat pour coordonner et lancer un appel à projets Méthanisation sur les bassins versants concernés.

Développer la prévention avec plus d’unités de méthanisation

Les deux objectifs poursuivis sont de méthaniser les lisiers et fumiers excédentaires des baies à algues vertes et de substituer 50% des engrais minéraux utilisés dans ces zones par du digestats de méthanisation. Une vingtaine dʼunités seront construites dans les bassins versants situés en amont des huit baies concernées par les algues vertes. La méthanisation est une fermentation en absence dʼoxygène de matières organiques, chauffées et agitées, produisant ainsi du biogaz et du digestat. Elle favorise la diminution de la pression azotée sur les bassins versants, et permet donc de jouer un rôle préventif vis-à-vis de la problématique des marées vertes.

Pour répondre à lʼappel à projet : un cahier des charges concret et réaliste

Les deux principes majeurs suivis lors de la rédaction du cahier des charges téléchargeable sur le site de lʼADEME) ont été : de répondre aux objectifs du Plan de lutte contre les algues vertes, et de conserver des exigences et critères dʼévaluation réalistes, afin de ne pas décourager les candidatures. Il a été réalisé par un comité comprenant notamment lʼADEME, le Conseil Régional, les Conseils Généraux (22 & 29), la Chambre dʼagriculture, lʼAgence de lʼEau, la DRAAF, la DREAL, lʼassociation AILE. Le cahier des charges de lʼappel à projets est téléchargeable sur le site de lʼADEME : www.ademe.fr/bretagne

Modalités de lʼappel à projet « Méthanisation »

Lʼappel à projets se déroule en deux phases, un nombre similaire de projets sera sélectionné lors de chaque phase. Les dates limites de réponse des candidats sont : le 31 décembre 2010 pour la première phase, et le 30 juin 2011 pour la seconde phase. Il est ouvert à un large panel de candidatures : les projets peuvent être portés individuellement ou collectivement, et peuvent être agricoles (projets « à la ferme ») ou non-agricoles (projets « multi-acteurs »). Les projets sélectionnés seront subventionnés par lʼADEME et les autres financeurs potentiels, dans la limite des taux dʼaide maximum réglementaires. Les candidatures seront évaluées selon différents critères :

  • Lʼatteinte des objectifs, en cohérence avec lʼappel à projet territorial BVAV (40%)
  • La faisabilité technico-économique (40%)
  • Lʼavancement et la rapidité de réalisation (20%)

Précisions sur ce quʼest la méthanisation

La méthanisation de matières organiques est une fermentation anaérobie (en lʼabsence dʼoxygène) qui a lieu dans une cuve fermée (appelée digesteur), chauffée et agitée. Ces matières organiques ainsi traitées produisent du biogaz et du digestat. Le biogaz, valorisable énergétiquement, est composé de 50 à 70% de méthane ; le digestat, produit liquide (5-10 % matière sèche), est composé dʼune fraction stabilisée de la matière organique d’origine et des éléments fertilisants. Ce digestat peut être épandu au champ.

Intérêts généraux de la méthanisation d’effluents agricoles

La méthanisation permet dʼéviter lʼépandage de déjections animales brutes, et influence ainsi la réduction des émissions de gaz à effet de serre dues au stockage des déjections, au transport et au traitement des déchets organiques. Elle joue aussi un rôle dʼhygiénisation et de désodorisation des matières organiques (moins de risques de nuisances sanitaires et olfactives, élimination des adventices, épandage sur prairie favorisé). Elle permet enfin la production dʼune énergie renouvelable, le biogaz, qui se transforme en électricité, chaleur ou carburant et se substitue à des énergies fossiles ou nucléaire. Elle est ainsi un des maillons de la modification des systèmes et pratiques agricoles dans les bassins versants. Les projets sélectionnés devront être construits en relation étroite avec les acteurs de ces territoires et en lien avec les appels à projets territoriaux.

Intérêts spécifiques à la problématique des algues vertes

Le digestat issu de la méthanisation est homogène, fluide, désodorisé, et a un pH plutôt basique, facteurs favorables lors de lʼépandage. Lʼazote du digestat est plus assimilable pour la plante que dans le cas des déjections animales brutes. La méthanisation contribue à diminuer les quantités dʼazote épandues (et donc les fuites dʼazote dans les cours dʼeau), par une meilleure valorisation agronomique (moins de quantités épandues, substitution dʼengrais minéral) et par une exportation des digestats hors des territoires sensibles.
LʼAppel à projet est téléchargeable sur le site de lʼADEME : www.ademe.fr/bretagne
Contact Presse : Gaël Carayon – 06 47 08 40 92 – gael.carayon@ademe.fr