Coriance supprime le recours au charbon sur le réseau de chaleur de Cergy

Le recours à la chaufferie charbon de Cergy est abandonné définitivement dès la saison de chauffe 2019-2020, photo Frédéric Douard

Par un contrat de délégation de service public signé le 20 septembre 2019 pour une durée de 20 ans, l’énergéticien Coriance vient de ravir à Dalkia l’exploitation du réseau de chaleur de Cergy-Pontoise qui dessert 80 000 habitants, un projet assorti d’un investissement de 111 millions d’euros.

Rénover le réseau pour sécuriser la distribution

Cet investissement conséquent va en priorité permettre au nouveau locataire des lieux de garantir aux abonnés une fourniture de chaleur sécurisée, et notamment de mettre fin aux interruptions de service survenues au cours des dernières années du fait de l’ancienneté de ce réseau mis en service en 1971 à la création de la ville nouvelle.

Ceci passe inévitablement par une rénovation lourde du réseau avec une remise à neuf de 60% des canalisations. Cette rénovation sera accompagnée d’un passage de haute en basse pression de la totalité du réseau, de 190 à 105 °C, pour limiter les pertes thermiques et moins solliciter mécaniquement les équipements. Ces travaux de passent par un grossissement ou un renouvellement de certaines parties du réseau. La zone de Cergy-Pontoise passera en basse pression en 2021 et celle d’Eragny en 2022.

Deux nouveaux équipements d’appoint et secours seront ajoutés à la chaufferie des Bellevues pour prévenir toutes indisponibilités de l’UVE et/ou de la chaufferie bois : deux chaudières à gaz de 20 MW chacune.

Détail des investissements

  • 15 M€ pour améliorer les moyens de production, dont 4,3 M€ pour sécuriser l’alimentation de la chaudière bois : modification du convoyeur et l’installation d’une trémie d’alimentation de 100 m3, beaucoup plus conséquente que le précédente.
  • 27 M€ pour rénover le réseau existant.
  • 9 M€ pour passer les sous-stations en basse pression.
  • 60 M€ pour le développement du réseau et le Gros Entretien et Renouvellement des équipement sur la durée du contrat.

Le convoyeur à bois de la chaufferie biomasse de Cergy, photo Frédéric Douard

L’abandon du charbon

Parallèlement, la chaudière à charbon qui servait à faire face aux pics de production en période de grand froid sera définitivement arrêtée, ce qui aura pour conséquence directe de diviser par deux les émissions de gaz à effet de serre du réseau.

Usine d’incinération Auror’Environnement à Saint-Ouen-l’Aumône, photo Lionel Pagès

À terme, 70% minimum de la production de chaleur sera issue d’énergies renouvelables et de récupération, produites par l’UVE Auror’Environnement de Saint-Ouen-l’Aumône et par la chaufferie biomasse des Bellevues à Cergy.

Première en France, une appli pour les abonnés

Les abonnés du réseau vont de plus pouvoir utiliser une application mobile développée par le Groupe Coriance, pour accéder en temps réel à la géolocalisation des interventions en cours sur le réseau (travaux de rénovation, entretien…). Ils pourront aussi gérer leur contrat (données contractuelles, factures, données de consommations …) dans un espace client dédié accessible depuis le site.

Evolutions du réseau de chaleur de Cergy-Pontoise
Evolutions des équipements de production
La puissance totale va passer de 190 à 210 MW, pour un appel de 160 MW à la température de base :

  • Chaufferie des Bellevues :
    • 1 chaudière bois de 25 MW
    • 2 nouvelles chaudières à gaz de 20 MW à installer
  • Chaufferie des Linandes : 90 MW gaz mis en service en 2011
  • Chaufferie gaz de Cergy Saint-Christophe : 20 MW
  • UVE de Saint-Ouen : passage de 30 à 36 MW de chaleur récupérée

La chaufferie bois de Cergy mise en service en 2009, photo Frédéric Douard

Extension du réseau

  • Evolution des besoins de 33 à 37 000 équivalents logements
  • Evolution des livraisons de 344 à 367 GWh/an
  • Passage de 57 à 68 km
  • Passage de 360 à 460 sous-stations
  • Déclassement du fluide réseau : passage de 190 à 105°C

Mix énergétique

Passage de 63 en 2018 à 70% d’EnR&R minimum en 2023 :

  • 20% d’énergie fournie par le bois
  • 50% de l’énergie fournie par l’incinération des déchets
  • 30% d’énergie fournie par le gaz

Pour en savoir plus : www.cenergy.fr

Frédéric Douard