La région Auvergne-Rhône-Alpes veut implanter 90 nouvelles unités de méthanisation en 5 ans

Vue sur l’unité de méthanisation du Gaec P2MN à Courte dans l’Ain, photo Frédéric Douard

Partant du constat que le développement de la méthanisation peut être grandement intensifié sur le territoire d’Auvergne-Rhône-Alpes au vu de ses atouts, l’État, la Région, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), la Chambre régionale d’agriculture, l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse, GRDF, GRTgaz, Bpifrance et Auvergne-Rhône-Alpes Énergie-Environnement (AURA-EE) ont signé une charte partenariale « en faveur d’un développement vertueux de la méthanisation ». L’officialisation de cet engagement collectif s’est effectuée dans les salons de la Préfecture de région, à Lyon, le 29 mai 2019.

Un gisement important et une filière complète

Auvergne-Rhône-Alpes dispose d’atouts solides pour réussir ce pari. Tout d’abord le gisement de déchets fermentescibles est important : il a été estimé selon le Schéma régional biomasse (fin 2018) à environ 12 millions de tonnes de matière brute mobilisable, à 90 % agricole. Rappelons que la méthanisation permet de créer de l’énergie verte et de produire des fertilisants, tout en valorisant des déchets.

Parallèlement, le potentiel de consommation du biogaz est « à la hauteur du potentiel de production ». Enfin, la filière est assez complète. Des acteurs sont présents sur toute la chaîne de valeur en région : bureaux d’étude spécialisés, équipementiers de la méthanisation et de la valorisation du biogaz, etc.

Des objectifs chiffrés à l’horizon 2023

En concordance avec les échéances de la programmation pluriannuelle de l’énergie et sur la base des chiffres-cibles du Schéma régional biomasse d’Auvergne-Rhône-Alpes, les partenaires se sont donc fixé comme objectifs, à l’horizon 2023 :

  • 180 unités en service fin 2023 (contre 90 fin 2018), soit + 90 unités en 5 ans ;
  • 1 075 GWh injectés dans le réseau de gaz fin 2023 (contre 120 fin 2018), soit + 975 GWh ;
  • 480 GWh valorisés par cogénération fin 2023 (contre 300 fin 2018), soit + 180 GWh.

La signature de cette charte répond à une ambition de développement s’inscrivant dans la durée. Elle vise en effet une mobilisation des acteurs de la méthanisation sur les 10 prochaines années, en cohérence avec le Schéma régional biomasse.

>> Télécharger la charte partenariale