Le royaume d’Eswatini recherche des développeurs de centrales à biomasse

Plaquettes d’eucalyptus, photo Frédéric Douard

Le royaume d’Eswatini, ex-Swaziland, mettra bientôt en place 40 MW de centrales solaires et 40 MW de centrales à biomasse. Elles font partie du plan à court terme d’expansion de la capacité électrique du pays afin d’acquérir plus d’autonomie.

Le royaume a donc lancé le processus de choix des entreprises qui mettront en place ces infrastructures. Une procédure qui est prévue pour arriver à terme en 2020 pour le solaire et en 2021 pour la biomasse.

Cette procédure de sélection sera conduite par l’Eswatini Energy Regulatory Authority (ESERA) en partenariat avec le ministère des Ressources naturelles et de l’Energie.

Le pays importe une partie de son énergie d’Afrique du Sud.

« A causes des contraintes auxquelles fait face Eskom et qui risquent de conduire à une augmentation du prix de cession de l’électricité, il n’est plus sûr de dépendre de l’importation d’Afrique du Sud pour la satisfaction de nos besoins énergétiques », a affirmé l’ESERA dans un communiqué.

Le pays s’est également donné pour objectif de satisfaire 50 % de son besoin énergétique grâce au renouvelable d’ici à 2030. Il a une capacité installée d’environ 60 MW, soit 10 % de sa demande énergétique.

Gwladys Johnson Akinocho, Agence Ecofin