Etude : les réseaux de chaleur, secteur vertueux et créateur d’emplois

La seconde chaufferie bois du réseau de chaleur de Planoise à Besançon, photo Frédéric Douard

L’ADEME a publié en mai 2019 une étude large et étoffée sur les réseaux de chaleur dans le Monde et en France. Cette étude présente l’historique des réseaux, les chiffres de ce marché, les contextes réglementaires, la géographie, les emplois induits, mais aussi les coûts de revient de l’énergie (chaude ou froide) ou encore les technologies utilisées et notamment les régimes de températures. En France en 2017, avec 5 397 km et un chiffre d’affaire de 2,5 Mds€, les 761 réseaux de chaleur ont délivré 25 TWh dont 56% d’origine renouvelable et récupérable et 23 réseaux de froid ont délivré 1 TWh sur 198 km

En France, un mix de 56% assuré par les énergies renouvelables et de récupération

Si les énergies fossiles continuent de représenter une part importante de l’approvisionnement (dont 37 % de gaz), la part des énergies renouvelables et de récupération (EnR&R) ne cesse de progresser et atteint 56 % en 2017 contre 40 % en 2013 et 27 % en 2005. La biomasse est l’énergie renouvelable dont la part a le plus significativement augmenté. Le taux d’énergie renouvelable moyen est de 27% à l’échelle de l’Union Européenne et de 9% dans le monde.

En France en 2017, les réseaux de chaleur mobilisaient 12 800 emplois dont 6800 directs sur le territoire national

Parmi les 6 800 ETP directs de la filière, 82% concernent l’exploitation (production et distribution confondues) et 56% concernent la production de chaleur (exploitation et investissement confondus).

Parmi les 2 681 ETP directs liés à la distribution primaire, 66% sont du fait des activités d’exploitation et maintenance, 26% sont liés aux nouveaux investissements (création et extension), 5% sont liés aux études (schémas directeurs, études de faisabilité…) et 3% à la fabrication d’équipement (taux faible car filière importatrice).

Répartition des emplois directs et indirects. Source ADEME. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Le suivi des réseaux de chaleur chez les maitres d’ouvrage représente 800 ETP même si ces emplois ne correspondent pas à des marchés. Il s’agit notamment dans le cas de concession des ETP en charge du contrôle et du suivi du contrat de concession et dans le cas de régie des ETP internalisés assurant l’exploitation, la maintenance et la vente d’énergie.

L’exploitation forestière et la logistique liée au transport de la biomasse représente 1 700 ETP directs et indirects en 2017 (2,7 Mt de biomasse consommée), dont 1 100 ETP pour la production et le transport du bois.

>> Télécharger l’étude