Les écologistes dépités avec l’arrivée du premier bateau d’huile de palme à la raffinerie Total de La Mède

22 mars 2019, Le Parisien révèle que le premier chargement d’huile de palme devrait arriver dans la soirée à la bioraffinerie Total de La Mède pour en faire du biodiesel.

Pour Sylvain Angerand, président de Canopée Forêts Vivantes et porte-parole de la fédération des Amis de la Terre France : “Ce premier bateau constitue un symbole du renoncement à agir et du double discours permanent sur le climat de ce gouvernement. En juillet 2017, le gouvernement annonçait vouloir mettre fin à l’utilisation d’huile de palme dans les carburants avant d’accorder, quelques mois plus tard, une autorisation d’exploitation pour la bioraffinerie de La Mède.

D’après les informations du Parisien, et les recoupements faits par Canopée, l’huile de palme serait issue de la province de Riau en Indonésie, l’une des zones les plus touchée par la déforestation. Total refuse toutefois de communiquer le détail de son plan d’approvisionnement et la liste de ses fournisseurs. La bioraffinerie de La Mède pourrait importer environ 550 000 tonnes d’huile de palme chaque année alors que la consommation actuelle française est déjà d’environ 900 000 tonnes.

Cette livraison intervient alors que l’Europe vient de reconnaître que l’huile de palme n’était pas un biocarburant durable et qu’en France, l’Assemblée Nationale a voté la fin de l’avantage fiscal permettant d’incorporer l’huile de palme dans les carburants à partir du 1er janvier 2020.

Sylvain Angerand conclut: “Total s’entête et a annoncé vouloir mettre la pression sur les députés pour modifier cette loi. Plutôt que de vouloir changer la loi, c’est son projet que Total doit revoir. Nous demandons, à nouveau, au gouvernement de prendre ses responsabilités et d’organiser au plus vite une table ronde avec l’ensemble des acteurs pour engager une reconversion responsable de ce site industrie”.

Frédéric Douard