L’Allemagne mettra fin à l’utilisation du charbon en 2038 au plus tard

Centrale de cogénération à granulés de bois de Schönbrunn en Bavière, photo SWW Wunsiedel GmbH

La Fondation européenne pour le climat fait savoir que le 26 janvier 2019 aux petites heures du matin, les membres de la Commission allemande du charbon se sont mis d’accord sur une feuille de route pour la sortie du charbon, avec une date butoir pour la production d’électricité à partir de charbon, des mesures visant à compenser les exploitants de centrales au charbon, un soutien aux régions minières touchées et des mesures pour protéger les consommateurs de la hausse des prix de l’électricité :

  • L’Allemagne mettra fin à l’utilisation du charbon en 2038 au plus tard ; la date de fin sera réexaminée en 2032, avec la possibilité de la remplacer par 2035. Les ONG environnementales ont déclaré lors d’un vote supplémentaire qu’elles souhaitaient une sortie d’ici 2035, au regard de la progression du changement climatique et de l’évolution des équilibres économiques au sein du secteur de l’énergie.
  • 12,5 GW de capacité charbonnière seront fermés d’ici 2022, dont 3 GW de capacité lignite.
  • D’ici 2030, 6 GW supplémentaires de lignite et 7 GW de charbon de houille seront fermés (avec 17 GW de charbon restant).
  • Les régions touchées devraient être indemnisées par le gouvernement à hauteur de 40 milliards d’euros au cours des 20 prochaines années.
  • La Commission recommande des compensations d’environ 2 milliards d’euros par an pour les consommateurs industriels et privés d’électricité.
  • Les exploitants de centrales à charbon devraient être indemnisés à partir de 2020.
  • La Commission veut protéger la forêt de Hambach : il qualifie la préservation de la forêt de Hambach de « souhaitable ». La forêt de Hambach était devenue un symbole de la protestation contre le charbon.

Bien que la proposition de la commission charbon ne soit pas juridiquement contraignante, le groupe de travail est soutenu par une large majorité au parlement allemand, et on s’attend à ce que le gouvernement suive ses recommandations. Comme la commission comprend des représentants de l’industrie, des exploitants d’usines, des régions minières touchées, des travailleurs, de la science et de la société civile, le résultat apparaît comme un large consensus social.

Pour en savoir plus sur le mandat, les membres et le calendrier de la commission charbonnière, consultez le site Clean Energy Wire, et notamment sa page la page « Coal Commission Watch« .

Frédéric Douard