Récolter du bois durablement, ce n’est pas tuer la forêt, c’est la faire vivre !

Une forêt non exploitée perd obligatoirement à terme tout le bénéfice de son travail de captation de CO2, ici pour cause de maladie, photo Frédéric Douard

Contrairement aux idées véhiculées par certains « écolos des villes », qui ne vivent pas dans la forêt pour bien en comprendre le fonctionnement et la dynamique, couper du bois durablement, tout en garantissant sa repousse par la suite, n’est pas préjudiciable à la forêt bien au contraire !

Couper du bois durablement c’est offrir à l’économie des humains un matériau et un combustible renouvelables permettant de diminuer le recours aux sources fossiles, fissiles, dangereuses et polluantes.

Couper du bois durablement c’est rajeunir la forêt qui peut ainsi jouer pleinement son rôle de poumon de la planète. Une forêt à maturité ne produit globalement plus d’oxygène et ne stocke plus de CO2.

Couper du bois durablement c’est rompre l’uniformité des âges des peuplements ce qui favorise la biodiversité végétale et animale. Ceci la nature sait aussi le faire toute seule en laissant mourrir et pourrir ses vieux arbres, mais dans ce cas elle n’apporte aucun bénéfice en matière de captage de CO2.

Couper du bois durablement c’est limiter les risques naturels qui peuvent à tout instant réduire à néant des décennies de stockage de carbone : le feu, les tempêtes, les maladies.

Couper du bois durablement c’est donner du travail aux humains qui vivent dans ou près de la forêt, et qui n’ont d’autre avenir que de la garder entière et en bonne santé.

Couper du bois durablement, en préservant l’avenir, c’est à dire en ne coupant chaque année pas plus que ce que le forêt a poussé en un an, ce que l’on fait partout en France et en Europe, présente donc de très nombreux avantages y compris écologiques … parole d’écolo des bois.

Petite animation pour illustrer ces propos :

Frédéric Douard