Les députés français suppriment l’avantage fiscal à l’huile de palme carburant

Dans le cadre de l’examen final du projet de loi de finances 2019, les députés ont finalement réussi à mettre fin, le 19 décembre 2018, à l’avantage fiscal permettant l’incorporation d’huile de palme dans les carburants à partir de 2020. Cet amendement a été voté contre l’avis du gouvernement. Après une première adoption à l’Assemblée Nationale le 16 novembre 2018, le Sénat avait annulé cet amendement, la sénatrice Christine Lavarde expliquant en séance que cela représenterait une perte de 100 millions d’euros par an pour Total…

Le vote de cet amendement remet donc en cause la viabilité économique de la raffinerie de La Mède, dont l’approvisionnement était en partie basé sur l’importation de 550 000 tonnes d’huile de palme brute et sous forme dérivée. Les Amis de la Terre demandent donc au gouvernement de réouvrir les discussions, avec les syndicats et les élus locaux, sur l’avenir de ce site.

Enfin pour les Amis de la Terre, ce vote envoie un message très fort en Europe à l’aube de décisions majeures où la Commission Européenne doit préciser les critères permettant de plafonner puis d’éliminer les agrocarburants contribuant le plus fortement à la déforestation et aux changements d’affectation des terres.

Pour Sylvain Angerand, coordinateur des campagnes pour les Amis de la Terre France: “Aujourd’hui, c’est une immense victoire pour les forêts et pour le climat. Les députés ont mis fin aux tergiversations du gouvernement, empêtré entre la défense des intérêts de Total et ceux de la planète. Maintenant, la Commission Européenne doit s’appuyer sur ce signal pour écouter les citoyens qui demandent l’élimination, dans l’ensemble des pays, de l’huile de palme dans les carburants”.

Lien vers l’amendement: www.assemblee-nationale.fr/15/amendements/1490/AN/1431.pdf