Le groupe Avril lance Oléo 100, le premier carburant commercial français 100 % biodiesel

Fleurs de Colza, Brassica napus, photo Frédéric Douard

8 novembre 2018, le groupe Avril lance Oléo 100, déclinaison 100 % française du B100 (biodiesel à 100 %). Dans le paysage des carburants, le B100 a fait l’objet d’une définition et d’une normalisation au niveau européen depuis plus de 15 ans. En France, il est seulement autorisé depuis le 29 mars 2018. Ses caractéristiques sont définies par arrêté.

Une alternative renouvelable au gazole

Fabriqué à partir de colza produit en France, Oléo 100 est destinée dans un premier temps aux flottes captives et à celles exploitées par les transporteurs et collectivités territoriales. Ce B100 est une solution immédiatement disponible pour accompagner les professionnels dans leur transition vers les énergies renouvelables. Compatible avec tous les véhicules diesel homologués B100 et ce carburant offre une autonomie équivalente à celle du gazole. Il peut être déployée très rapidement et sans contrainte sur l’ensemble des flottes existantes, sans nécessiter de changement de motorisation et sans investissement significatif.

Ce B100 100 % français bénéficie d’un bilan énergétique positif : du champ de l’agriculteur à la cuve de l’opérateur de flottes captives, il restitue 3,7 fois plus d’énergie qu’elle n’en nécessite pour être produite (source Ademe). Par ailleurs, Oléo 100 permet de réduire d’au moins 60 % les émissions de gaz à effet de serre par rapport au gazole fossile auquel il se substitue. Avec un bilan carbone près de deux fois meilleur que celui du GNV, c’est une réponse simple et immédiate pour accompagner et accélérer la transition énergétique dans le secteur des transports.

Le B100 est également une solution efficace pour réduire les effets du transport sur la qualité de l’air, notamment dans les zones urbaines : du fait de sa teneur en oxygène, il permet de réduire significativement, et jusqu’à 80 %, les émissions de particules fines et ultra fines (Source SAE International, valeur Euro 3).

Une mobilisation collective au service de l’indépendance énergétique et protéique de la France

Pour le Groupe Avril, Oléo 100 réaffirme les valeurs et les enjeux qui ont présidé, au début des années 1980, à la structuration de la filière française des huiles et des protéines végétales ainsi qu’à la création, à l’initiative des agriculteurs de la filière, du Groupe Avril, ex Sofiprotéol.

Pour le Groupe Avril, Oleo 100 porte aussi une réponse agricole à l’enjeu de la souveraineté et de la transition énergétique en France. Alors que 20 % des énergies renouvelables produites dans l’Hexagone sont issues de l’agriculture, celles-ci tiennent une place grandissante dans le revenu agricole, permettant aux agriculteurs d’investir en retour dans le développement de nouveaux modes de production, dans une logique d’agriculture raisonnée et durable.

Enfin pour le Groupe Avril, Oleo 100 illustre l’intérêt du développement de la culture du colza en France, qui assure un revenu à près de 75 000 agriculteurs, et qui a permis de reconquérir une part importante de l’autonomie française en protéines végétales, portée en l’espace de vingt ans de 23 % à 55 %, alors que l’Union européenne connaît un déficit moyen de 70 %. Cela, c’est grâce à l’équilibre unique entre huile et protéine dans la graine de colza : 1 hectare de colza cultivé en France permet la coproduction de 1 000 litres d’huile, de 2 tonnes de tourteaux riches en protéines et non OGM (à destination de l’alimentation des animaux des élevages de la ferme France), et de 100 kg de glycérine végétale à destination de nombreuses applications dans la chimie renouvelable. Tout ceci évite l’importation de soja OGM et source de déforestation.

Frédéric Douard