Les bénéfices du développement du biométhane en France

Coût des importations de gaz naturel en fonction des trois scénarios, source IFPEN

Le développement du biométhane, en substitution au gaz naturel, est envisagé en France afin, en particulier, de réduire les émissions de CO2 et de limiter la dépendance énergétique tout en créant des emplois. L’analyse proposée par IFP Energies nouvelles permet de quantifier les impacts positifs sur les émissions de CO2 et sur les importations de gaz naturel. Les impacts sur la facture gazière et sur le montant des aides nécessaires pour soutenir les filières biométhane sont également estimés. Modérés avant 2030, ils dépendent, au-delà, du niveau de déploiement du biométhane et des filières de production retenues.

Parmi les principaux résultats de cette analyse, signalons que les émissions de CO2 passent de 80 Mt en 2017 à 53 Mt en 2050 dans un scénario sans biométhane, le recul reflétant la baisse de la consommation de gaz naturel. Elles atteignent 35 Mt dans le scénario “100 TWh méthanisation” en 2050, en retrait de 34 % par rapport au scénario sans biométhane. Elles sont quasi nulles dans le scénario “3 filières 100 % bio”6 à ce même horizon.

Par ailleurs, la montée en puissance du biométhane produit sur le sol national a pour effet de réduire le coût des importations gazières. De 8 G€ en 2050 dans un scénario sans biométhane, il se situe à 5 G€ dans le scénario “100 TWh méthanisation” et devient nul dans le scénario “3 filières 100 % bio“ puisqu’il n’y a plus de consommation de gaz naturel à cet horizon.

>> Voir l’analyse complète sur www.panorama-ifpen.fr ou télécharger la version pdf.