L’agriculture produit 20% des énergies renouvelables françaises, soit 4,5 Mtep

Chaufferie bois et méthanisation au Gaec des Friches à Saint-Nicolas-du-Tertre dans le Morbihan, photo Frédéric Douard

L’Ademe dévoilé Le 22 février 2018 une étude inédite qui conforte la place de l’agriculture au cœur du développement des énergies renouvelables. L’agriculture produit aujourd’hui autant d’énergies renouvelables qu’elle consomme d’énergies conventionnelles. Les énergies renouvelables sont aussi une source importante de revenus pour les agriculteurs, pouvant dans certains cas générer jusqu’à 15000€ annuels de revenus complémentaires.

Pour Nicolas Hulot, Ministre d’Etat, Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire « cette étude prouve une nouvelle fois que la transition énergétique est une réalité et une opportunité pour les agriculteurs. Les énergies renouvelables, c’est de l’emploi dans les territoires, c’est un revenu complémentaire pour les agriculteurs, c’est un plus pour la planète. Avec la nouvelle programmation pluriannuelle de l’énergie, nous allons encore accélérer et faire en sorte que chaque agriculteur qui le souhaite puisse s’engager pour le solaire, l’éolien, ou le biogaz ».

Le secteur agricole, un important producteur d’énergies renouvelables

En 2015, le monde agricole a contribué à la production de 20% des EnR nationales. Avec 4,5 Millions de Tonnes Equivalent Pétrole (Mtep), les exploitations agricoles participent autant à la production d’EnR qu’elles consomment d’énergie non renouvelable.

Cette contribution des exploitations agricoles à la transition énergétique prend plusieurs formes :
• L’autoconsommation de chaleur et d’électricité pour réduire la facture énergétique de l’exploitation (géothermie, solaire thermique, photovoltaïque, méthanisation);
• La production et la vente de biomasse pour la production d’énergies renouvelables (cultures pour les biocarburants et la méthanisation, bois pour la chaleur) ;
• La vente d’électricité ou gaz directement sur les réseaux (photovoltaïque, méthanisation) ;
• La mise à disposition de surface pour les installations de panneaux solaires ou d’éoliennes.

Selon les estimations de l’étude, en 2015 plus de 50 000 exploitations agricoles (soit 15% des exploitations) participent déjà à la production d’EnR de manière significative. L’étude estime que cette contribution pourrait être multipliée par 2 à l’horizon 2030 et pourrait atteindre 15,8 Mtep en 2050, grâce au développement de la méthanisation, du photovoltaïque et de l’éolien notamment.

Les EnR : un plus pour le revenu des agriculteurs

Selon l’étude, en 2015 la contribution du secteur agricole à la production d’EnR représente un chiffre d’affaire d’1,4 milliard d’euros soit l’équivalent de 2% du chiffre d’affaires de l’agriculture française.
Ce chiffre d’affaires est essentiellement porté par les biocarburants, pour 1 milliard d’euros, suivi du photovoltaïque, pour 109 millions d’euros, de la méthanisation et de la biomasse chaleur, pour respectivement 88 et 85 millions d’euros et, dans une moindre mesure, 34 M€ pour la mise à disposition d’espace permettant l’installation d’éoliennes.

Ces chiffres, encore limités au regard du potentiel de l’ensemble du secteur agricole, génèrent néanmoins un impact significatif pour les agriculteurs engagés dans ces projets : le développement des EnR contribue à diversifier leur revenu, pour des montants pouvant aller de quelques milliers d’euros de réduction de leur facture énergétique à plus de 15 000 € de revenus complémentaires. Ces chiffres sont à mettre en perspective avec le revenu agricole moyen en 2015, évalué à 25 400 € pour l’ensemble des filières.

L’étude a identifié plus d’une cinquantaine d’opportunités offertes aux agriculteurs selon leur filière, les caractéristiques de leur exploitation, leurs possibilités d’investissements financiers ou leur volonté d’implication dans la gouvernance des projets.

Pour en savoir plus, télécharger l’Etude : Agriculture et EnR : contributions et opportunités pour les exploitations agricoles