Les appareils de chauffage d’appoint au bois plébiscités en Suisse

Selon un sondage représentatif, la majorité des propriétaires et des locataires seraient prêts à accepter quelques frais supplémentaires pour bénéficier d’un chauffage d’appoint au bois. La moitié des personnes interrogées estime que l’effet de chauffage des pièces à vivre est au moins aussi important que l’ambiance douillette créée par la chaudière.

Un feu de bois crée une ambiance

Finie la chaleur estivale, le beau bronzage s’estompe. Les premiers arbres commencent à se parer de jaune et de rouge. Les journées raccourcissent et les nuits s’allongent et se font plus froides. C’est l’automne qui frappe à la porte, le temps des belles et longues soirées installés confortablement près du poêle. N’y a-t-il rien de plus agréable que de déguster un verre de vin délicat tout en lisant un livre passionnant assis au coin du feu, dont la chaleur envahit progressivement la pièce ? N’y a-t-il rien de plus beau que de poser son livre de temps en temps pour laisser son regard et ses pensées errer dans le jeu fascinant des flammes ? Rêver de tour du monde, lâcher prise, s’évader, rêvasser. N’est-ce pas dans ces moments que l’on aimerait arrêter le temps?

Les faits sont là

Cette belle histoire cache également une réalité plus sobre : celle d’un chauffage central au mazout ou au gaz, une machinerie fossile installée dans la cave qui assure depuis des années avec fiabilité l’approvisionnement en chaleur de l’habitation pour l’hiver, qu’il est presque dommage de devoir mettre en marche pour deux à trois heures en automne et au printemps. Les chauffages d’appoint sont une solution intelligente, car ils réchauffent à la fois le poêle et l’âme, rendant les antidépresseurs superflus.

Les maîtres d’ouvrage modernes le savent bien, comme l’indique un petit sondage représentatif réalisé par feusuisse, l’association des poêliers-fumistes. La cheminée est l’aménagement intérieur préféré des propriétaires. Neuf propriétaires sur dix disposant déjà d’un chauffage d’appoint choisiraient de nouveau cette installation sans hésiter pour leur prochaine habitation. Et près des deux tiers qui ne peuvent pas en bénéficier le regrettent. Quant aux locataires, plus des deux tiers seraient prêts à payer un loyer plus élevé pour avoir cette installation.

Les personnes sondées ne sont pas seulement des éternels romantiques. Plus de la moitié d’entre elles estime que l’effet de chauffage des pièces à vivre est au moins aussi important que l’ambiance détendue créée par la chaudière. Ces atouts sont particulièrement effectifs dans les bâtiments à haute éfficacité. Les résultats du sondage sont clairs et ne laissent pas de place à l’interprétation. Les concepteurs, les architectes et les investisseurs sont désormais appelés à mieux prendre en compte les souhaits clairement exprimés par les maîtres d’ouvrage et les locataires.

Pour en savoir plus :