La pyrolyse-gazéification pour recycler les infrastructures énergétiques fossiles

Article paru dans le Bioénergie International n°49 de mai-juin 2017

La pyrolyse peut transformer la matière organique en gaz, hydrocarbure liquide ou charbon, photo Frédéric Douard.

La pyrolyse peut transformer la matière organique en gaz, hydrocarbure liquide ou charbon, photo Frédéric Douard.

Remplacer très rapidement les énergies fossiles par des énergies renouvelables est vital pour atténuer le changement climatique. La transition énergétique nécessitera ainsi la création de nombreuses nouvelles infrastructures fonctionnant au solaire, à l’éolien, à la biomasse… et de nouveaux investissements colossaux. Mais que fait-on des anciennes infrastructures, industrielles notamment, qui ont été conçues dans leur grande majorité pour utiliser des énergies fossiles ? Il n’est par exemple malheureusement pas possible de mettre des plaquettes de bois en l’état dans une chaudière au gaz naturel. Cela signifie-t-il que la transition énergétique se traduira par d’immenses friches industrielles laissées à l’abandon ?

Avant de jeter le bébé avec l’eau du bain, il faut bien comprendre pourquoi notre industrie aime autant les énergies fossiles. Ce n’est pas juste parce qu’elles sont (trop) bon marché, mais avant tout car la matière organique qu’elles contiennent a été transformée préalablement sous une forme homogène, dense énergétiquement, facilement transportable et finalement très facilement exploitable. Ainsi, la biomasse ligno-cellulosique brute est 3 à 11 fois moins dense en termes d’énergie par m³ que du pétrole (3 pour du granulé de bois et 11 pour des écorces très humides). Si nous sommes accros aux énergies fossiles, c’est donc autant pour des raisons techniques qu’économiques.

Imiter le processus naturel à l’origine des énergies fossiles

Comment faire alors pour redonner une seconde vie à ces infrastructures après l’ère des énergies fossiles ? Tout simplement en imitant le processus naturel à l’origine des énergies fossiles : la pyrolyse. Les énergies fossiles proviennent de la transformation thermo-mécanique de la biomasse dans le sous-sol. Elles sont en ce sens renouvelables mais tous les 500 millions d’années, soit beaucoup trop lentement pour l’humanité.

Les technologies de pyrolyse peuvent donc imiter la nature pour transformer la matière organique sous forme de composés énergétiques (gaz, liquide, charbon, comme les énergies fossiles) mais beaucoup plus rapidement que dans la nature, …

… pour lire la suite, consulter le Bioénergie International de mai-juin 2017

Le magazine Bioénergie International est disponible :