ACV des biocarburants de 1ère génération en France

Blé jeune, photo Frédéric Douard

L’étude sur les analyses de cycle de vie (ACV) appliquées aux biocarburants de première génération consommés en France constitue la première expertise d’une telle ampleur au niveau national. Elle permet de livrer non seulement une actualisation aussi complète que possible des bilans énergétiques et d’émissions de gaz à effet de serre des biocarburants, mais aussi de disposer d’une évaluation de trois nouveaux indicateurs d’impacts (potentiel d’eutrophisation, photo-oxydation, toxicité humaine).

Elle a concerné les filières suivantes :

  • éthanols de blé, de maïs, de betterave et de canne à sucre, ainsi que les ETBE correspondants
  • biodiesels à partir d’huiles végétales de colza, tournesol, soja, palme, d’huiles alimentaires usagées et graisses animales.

Ce travail éclaire de façon significative notre connaissance des biocarburants de première génération et met en évidence l’extrême complexité du processus d’évaluation du bilan énergétique et environnemental, « du puits à la roue », des biocarburants de première génération.

De façon générale, sans tenir compte des effets de changements d’affection des sols, les biocarburants produits en France (biodiesel et bioéthanol) affichent des bilans énergétiques et d’émissions de gaz à effet de serre plus favorables que ceux des carburants fossiles de référence (gazole et essence).

L’étude souligne également l’impact des « changements d’affectations des sols » qui peut être discriminant. Lorsque le développement de cultures énergétiques aboutit, directement ou indirectement, à la disparition de prairies, de zones humides, ou de forêts primaires, le bilan de gaz à effet de serre des biocarburants peut s’avérer négatif.

D’autres paramètres peuvent avoir des incidences significatives sur le bilan global de gaz à effet de serre de la filière, telles les émissions de protoxyde d’azote, qui dépendent du contexte local (pratiques agronomiques, sols, climat, météorologie).

L’étude va permettre à la France et aux opérateurs économiques de disposer d’éléments d’évaluation pour mettre en œuvre le système de certification des biocarburants prévu par la directive européenne sur la promotion des énergies renouvelables, à partir de décembre 2010.

Il existe une version anglaise.

Public : Administrations, agriculteurs, collectivités, entreprises, monde de la Recherche, associations et particuliers

Téléchargements gratuits sur le site de l’ADEME (www.ademe.fr) :