Un Pôle d’Excellence Rurale pour les filières bois-énergie de l’île de La Réunion

Vue de l'île, photo Frédéric Douard

Le projet porté par l’ARER (Agence Régionale de l’Énergie Réunion) et soutenu par de nombreux partenaires locaux dont l’Ademe et la Région Réunion vient d’être labellisé « Pôle d’Excellence Rurale » par les Ministres de l’Agriculture et de l’Aménagement du territoire.

L’appel à projet a été lancé en février dernier, l’Etat souhaitant promouvoir via les « Pôles d’Excellence Rurale » les projets situés en zone rurale ayant un caractère novateur, impliquant des partenaires locaux, et favorisant la création d’activité et d’emplois sur ces territoires.

L’ARER s’est portée candidate avec un projet visant au  développement des filières courtes bois-énergie dans les Hauts de l’île. Elle a été  soutenue dans sa démarche par de nombreux acteurs locaux : TCO, mairie de Saint-Paul, mairie de Saint-Joseph, Région Réunion, Ademe mais aussi Chambre d’Agriculture, CAHEB, ONF,  … Ce projet est maintenant labellisé « Pôle d’Excellence Rurale » (ou PER), une reconnaissance qui va permettre de le concrétiser : voir communiqué de la Préfecture joint à cet article.

L’objectif, sur la période 2010-2012, est de mettre en place des unités pilotes de gazéification de bois(*). Un premier site pilote sera localisé à Petite France, dans les Hauts de Saint Paul, chez un producteur de géranium et devrait voir le jour en 2011.

Le principe est le suivant : l’agriculteur installera l’unité de gazéification sur son exploitation, qu’il alimentera avec des plaquettes de bois d’acacia exploité dans la zone, ce qui permettra de produire de l’énergie sous deux formes, thermique et électrique. L’électricité sera revendue sur le réseau à EDF alors que la chaleur sera valorisée sur l’exploitation agricole pour distiller des plantes aromatiques et médicinales, sécher le bois d’acacia ou encore chauffer des serres.

Les bénéfices attendus de telles unités de gazéification sont multiples :

  • création d’emploi et diversification de l’activité agricole,
  • création d’une valeur ajoutée environnementale par la valorisation de l’acacia, peste végétale aujourd’hui envahissante et peu exploitée,
  • production d’énergie renouvelable et renforcement du réseau électrique dans les Hauts,
  • développement d’une technologie innovante, la gazéification de bois petite puissance,

Au-delà du site de Petite-France, un autre porteur de projet a été identifié à Grand-Coude dans les Hauts de Saint-Joseph et, si l’expérience s’avère concluante et reproductible, elle pourra être étendue à d’autres sites dans les Hauts de l’île (Salazie, Cilaos, …) où l’importante ressource en bois est une réelle opportunité. Finalement, ce PER devrait permettre de structurer une véritable filière bois-énergie à l’échelle des Hauts de la Réunion…

Pour plus d’information, contacter l’ARER