La station BioGNV (biométhane pour véhicules) de Bonneuil-sur-Marne

Article paru dans le Bioénergie International n°47 de janvier-février 2017

La station GNV et BioGNV de Bonneuil sur Marne, photo Endesa

La station GNV et BioGNV de Bonneuil sur Marne, photo Endesa

Actuellement en France, le développement de la mobilité au gaz est encore limitée du fait notamment de l’insuffisance de l’offre de stations de recharge des véhicules. Afin de pallier cette carence en Île-de-France, le syndicat intercommunal pour le gaz et l’électricité en Île-de-France (Sigeif) a signé, en décembre 2014, avec la ville de Paris, GRDF et le groupe La Poste (avec le soutien financier de la région Île-de-France) une convention de partenariat visant à développer un réseau maillé de stations publiques d’avitaillement au gaz. Le Sigeif est chargé de la recherche de foncier et de la maîtrise d’ouvrage pour la construction de ces stations, qui seront exploitées en délégation de service public. La première station a ouvert à Bonneuil-sur-Marne (94) en novembre 2016 sur le port fluvial.

Point de livraison de gaz sur un camion Iveco, photo Endesa

Point de livraison de gaz sur un camion Iveco, photo Endesa

Prolongement renouvelable du gaz naturel pour véhicules (GNV), le biométhane carburant (bioGNV) peut être produit localement à partir de déchets organiques issus de l’industrie alimentaire, de la restauration collective, d’exploitations agricoles, d’ordures ménagères ou de boues de stations d’épuration. Il se mêle parfaitement au gaz naturel, dont il a la même composition. Le système GNV pourra ainsi intégrer une part croissante d’énergie renouvelable, sans adaptation technique, tant au niveau des véhicules que des stations d’avitaillement.

Carburant 100 % renouvelable, le bioGNV permet non seulement de réaliser des économies d’énergies fossiles, mais, en réduisant les émissions de gaz à effet de serre de 80 %, par rapport aux carburants traditionnels, il est bien plus écologique que le GNV ! Et dans la mesure où il peut être produit localement, il contribue à rendre les territoires plus autonomes énergétiquement et à développer une économie circulaire.

La station de Bonneuil-sur-Marne permet aux entreprises situées sur le port autonome de Paris et sur le site ferroviaire de Valenton d’avoir accès au GNV/bioGNV. Son exploitation a été confiée, pour les trois années à venir, à la société Endesa, fournisseur d’électricité historique en Espagne, dans le cadre d’une délégation de service public.

Avitaillement de camions à la station GNV et BioGNV de Bonneuil-sur-Marne, photo Endesa

Avitaillement de camions à la station GNV et BioGNV de Bonneuil-sur-Marne, photo Endesa

Pour compléter ce réseau de stations franciliennes, une société d’économie mixte locale, dénommée Sigeif Mobilités, a été créée. Elle portera un investissement global estimé à une dizaine de millions d’euros. La Caisse des Dépôts accompagne ce projet d’envergure, qui est soutenu par de grands syndicats techniques d’Île-de-France tels que le Syctom (agence métropolitaine des déchets ménagers), le Siapp (syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne) et le Siredom (syndicat intercommunal pour le recyclage et l’énergie par les déchets et ordures ménagères) ainsi que par GRT Gaz, gestionnaire de réseau de transport de gaz à haute pression. Ils seront rejoints par d’autres partenaires, public ou privés, dès 2017.

La station Endesa GNV & BioGNV du Port autonome de Paris à Bonneuil-sur-Marne, photo Endesa

La station Endesa GNV & BioGNV du Port autonome de Paris à Bonneuil-sur-Marne, photo Endesa

Les chiffres clés de la station de Bonneuil

  • 4 000 m² de surface permettant l’avitaillement des plus gros poids lourds ;
  • 4 pistes d’avitaillement simultané de poids lourds ;
  • système de remplissage de type NGV1 ou NGV2 ;
  • 3 conteneurs comprenant chacun un compresseur de 660 Nm³/h ;
  • un stockage tampon de 1 tonne de gaz ;
  • paiement par carte bancaire ou badge ;
  • coût de la station : 2 millions €.

Frédéric Douard