La FAO veut rendre la cuisson des aliments au bois plus écologique

Echoppe de charbon de bois sur un marché de Yaoundé, au Cameroun, photo Frédéric Douard

Echoppe de charbon de bois sur un marché de Yaoundé, au Cameroun, photo Frédéric Douard

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, la FAO basée à Rome, souhaite que la fabrication et l’utilisation de charbon de bois pour la cuisson des aliments dans de nombreux pays se fasse de manière plus efficace pour contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et pour améliorer les moyens d’existence ruraux, a souligné la FAO lors de la Journée internationale des forêts des Nations Unies le 21 mars 2017.

Au moins 7 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre provenant de l’activité humaine sont dues à la production et à l’utilisation de bois et de charbon de bois combustible. Selon un nouveau rapport de la FAO, cette situation s’explique en grande partie par le fait que les forêts sont gérées de manière non durable, par la fabrication inefficace du charbon et la combustion du bois.

 « Nous devons porter attention à la manière de développer le transfert de technologies énergétiques renouvelables, surtout dans le cadre de la biomasse forestière afin de s’assurer que les pays en développement utilisent ces technologies et soient en mesure de faire face à la hausse de la demande énergie de manière durable. Il s’agit de la seule façon pour les pays en développement de réduire l’utilisation des carburants fossiles et de remplir leur rôle en contribuant à un environnement plus propre en réduisant leurs émissions de carbone » a déclaré M. Jioji Konousi Konrote, Président des Fidji, lors de l’ouverture de la cérémonie.

Pour en savoir plus :