La métropole de Lille va valoriser la chaleur de ses déchets ménagers ultimes

Unité de Valorisation Energétique des déchets ménagers ultimes de la Métropole Européenne de Lille, photo Veolia

Unité de Valorisation Energétique des déchets ménagers ultimes de la Métropole Européenne de Lille à Halluin, photo Veolia

La Métropole Européenne de Lille a confié pour douze ans à Covalys, co-entreprise détenue à 65% par Veolia, à travers sa filiale Valnor, et 35% par Idex, l’exploitation d’Antares, l’unité de valorisation énergétique de la métropole localisée à Halluin. C’est dans ce cadre que la chaleur générée par le traitement thermique des déchets ménagers va pouvoir alimenter les deux réseaux de chaleur urbains de Roubaix (10 MW) et Lille (40 MW).

Valoriser les déchets ménagers en énergies

Antares a, depuis sa mise en service en 2001, pour mission de traiter les déchets ménagers et assimilés collectés sur le territoire métropolitain dans la limite de 350 000 tonnes/an. L’incinération à très haute température (850°C) sur trois lignes de combustion génère plus de 650 GWh/an d’énergie, soit l’équivalent des besoins annuels en chauffage de plus de 70 000 logements.

Jusqu’alors l’énergie était seulement utilisée pour couvrir les besoins de l’usine et produire de l’électricité. Désormais, 40% de l’énergie produite alimentera directement les réseaux de chaleur urbain R-énergie de Roubaix et Résonor de Lille.

Les abonnés bénéficieront d’une énergie verte à un prix compétitif, notamment grâce aux avantages fiscaux liés à une alimentation des réseaux de chaleur à plus de 50% d’origine renouvelable.

Création d’une autoroute énergétique

Le réseau calorifugé de grosse capacité conçu pour relier Antares aux réseaux de chaleur fera 20 kilomètres. Le tracé suit des axes routiers ou des voies vertes. Suite à sa mise en service complète prévue pour fin 2020, il pourra alimenter sur le long terme le développement des deux réseaux de chaleur urbains.

Frédéric Douard