La France a consommé 19,6 % d’électricité renouvelable en 2016

Les 3 moteurs de cogénération biogaz des Ets Baudelet Environnement dans les Hauts de France, photo Frédéric Douard

Les 3 moteurs de cogénération biogaz des Ets Baudelet Environnement dans les Hauts de France, photo Frédéric Douard

Les énergies renouvelables ont participé à hauteur de 19,6 % à la couverture de la consommation d’électricité française en 2016. Durant cette année, 2188 nouveaux MW de production électrique ont été raccordés. La puissance totale du parc– hydroélectricité, solaire photovoltaïque, éolien et bioénergies – s’élève, fin 2016, à 45 842 MW et représente 89 % de l’objectif 2018 entériné par Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE).

Le parc éolien atteint, fin décembre, 11 670 MW, avec 1 345 MW raccordés sur l’année, soit une progression de 13%. Les réseaux ont accueilli 477 MW supplémentaires durant le dernier trimestre, soit 60% de plus que l’année précédente à la même période. Ces chiffres sont les meilleurs jamais enregistrés pour la filière éolienne et traduisent notamment les effets des dispositions de simplification réglementaire prises ces dernières années. Avec un volume de 21 TWh, la production de la filière reste stable par rapport à l’année précédente. En effet, la ressource a été exceptionnellement peu disponible au cours du second semestre 2016. L’énergie éolienne a couvert 4,3 % de la consommation électrique française en 2016.

La puissance du parc solaire s’élève, au 31 décembre 2016, à 6 672 MW, avec 109 MW raccordés durant le dernier trimestre. Le parc métropolitain progresse de près de 9 % avec 576 nouveaux MW raccordés en 2016. Ces chiffres traduisent un ralentissement par rapport à la période précédente (-36 %), conséquence de l’absence de continuité des appels d’offres pendant plusieurs années. Néanmoins, la tendance est appelée à s’inverser en 2017 avec le raccordement des projets lauréats des appels d’offres lancés en novembre 2014 et mars 2015. Avec une production de 8,3 TWh, en augmentation de plus de 11 % par rapport aux douze mois précédents, l’énergie solaire photovoltaïque représente 1,7 % de la consommation.

La filière bioénergies électriques représente, quant à elle, une puissance installée de 1 918 MW, dont 20 MW raccordés durant le dernier trimestre 2016. Sur les douze derniers mois, le parc métropolitain progresse de 13 % avec 215 MW raccordés. La production renouvelable de la filière augmente de 7,4 % par rapport à l’année précédente et représente 6,5 TWh. Les bioénergies couvrent 1,4 % de la consommation électrique française. La filière bois énergie atteint l’objectif fixé par la PPE à l’horizon 2018 et 75 % du scénario bas 2023.

Centrale de cogénération Bioénergie Lozère à Mende, photo Frédéric Douard

Centrale de cogénération bois de Bioénergie Lozère à Mende, photo Frédéric Douard

Composé de 25 482 MW, le parc hydraulique reste stable. Pour autant, 51 MW ont été raccordés l’année passée, soit 5 fois plus qu’en 2015. Au cours de l’année 2016, 59,2 TWh d’origine hydraulique renouvelable ont été injectés sur les réseaux, soit un volume supérieur de 9% à celui de l’année précédente. L’hydroélectricité a couvert 12,3 % de la consommation d’électricité en 2016.

Pour répondre aux objectifs de la transition énergétique, de porter à 40 % la part des énergies renouvelables dans le mix électrique en 2030, les réseaux de transport et de distribution continuent d’évoluer pour permettre l’intégration de la production d’électricité renouvelable tout en garantissant la sécurité et la sûreté du système électrique, ainsi que la qualité d’alimentation des consommateurs.

La mise en place de schémas régionaux de raccordement au réseau des énergies renouvelables (S3REnR) assure une visibilité à long terme des capacités d’accueil spécifiquement réservées aux énergies renouvelables. Réalisés par RTE en lien avec l’ensemble des gestionnaires de réseaux de distribution, dont Enedis, et en concertation avec les acteurs concernés, ces schémas permettent d’optimiser le développement des réseaux et de mutualiser les coûts de raccordement. Compte-tenu de l’essor des énergies renouvelables, le schéma de la Région Champagne-Ardenne a déjà été révisé afin de réserver davantage de capacité pour celles-ci et un nouveau schéma à l’échelle de la nouvelle région Hauts-de-France est en cours d’élaboration.

Ces résultats sont issus du Panorama de l’électricité renouvelable 2016 en France, élaboré par RTE, le Syndicat des énergies renouvelables (SER), Enedis et l’Association des distributeurs d’électricité en France (ADEeF).