Luxembourg : la deuxième vie des déchets

Le gaz produit à la station de biométhanisation de Kehlen permet d'alimenter plus de 1 200 maisons unifamiliales, Photo Alain Rischard

La plus grande centrale de production de biogaz du Luxembourg va démarrer son activité dans les semaines à venir. Hier, l’inauguration officielle a eu lieu à Kehlen.

La station de biométhanisation installée le long de la N12 entre Kopstal et Kehlen va permettre au Luxembourg de faire un pas de plus sur le long chemin qui doit le conduire d’ici 2020 à un taux de 20% d’énergies renouvelables. D’autres initiatives devraient suivre dans les mois et années à venir.

L’inauguration faisait partie des plus agréables rendez-vous pour Romain Schneider, le ministre de l’Agriculture, et Marco Schank, le ministre délégué au Développement durable. Hier, en fin d’après-midi, ils ont, à quelques heures de leurs vacances, pu participer activement (lire par ailleurs) à l’inauguration officielle de la station de biométhanisation de Kehlen, construite le long de la N12, non loin du rond-point Quatre-Vents.

L’impressionnante installation est exploitée par la société coopérative Naturgas Kielen, qui réunit une trentaine d’exploitations agricoles de la région. La station constitue la plus grande centrale de production de biogaz du pays. Des produits agricoles accessoires tout comme d’autres déchets organiques vont être transformés en gaz naturel, qui sera introduit dans le réseau existant de gaz naturel (lire ci-dessous). Ce procédé constitue une première et va permettre au Luxembourg de faire un pas de plus sur le long chemin qui doit l’amener à disposer d’ici 2020 de 20 % d’énergies renouvelables.

La promotion commence
«Le potentiel et les capacités dont nous disposons ici à Kehlen sont très importants. La station constitue donc une pièce importante de la mosaïque des solutions pour atteindre les 20%. Cela est d’autant plus valable que l’installation pourra accueillir des déchets non agricoles, qui comme tous les autres déchets, doivent désormais être considérés comme des ressources», souligne le ministre délégué au Développement durable, Marco Schank.

Dans les semaines et mois à venir, le ministère du Développement durable compte encourager d’autres syndicats de gestion de déchets à emprunter également ce même chemin.

Chiffres-clés

  • 50 000 : La station de biométhanisation peut traiter une masse organique de 50 000 tonnes par an. Le biogaz qui est dégagé de ce procédé est transformé en gaz de réseau.
  • 2,8 : Un total de 2,8 millions de m3 par an de «gaz vert» est injecté dans le réseau de gaz naturel existant.
  • 1 200 : La quantité de gaz produite à Kehlen est l’équivalent de la consommation de 1 200 maisons unifamiliales. Pour une voiture, cela équivaut à 40 millions de kilomètres, soit 1 000 fois le tour de la Terre.
  • 5 500 : Le gaz produit dans la station permet d’économiser 5 500 tonnes de CO2 par an. la N12, non loin du rond-point Quatre-Vents.

Auteur : David Marques pour Le Quotidien du 22 juillet 2010