Le biodiesel dans les moteurs fait baisser les émissions de particules fines

Culture de colza, France, photo Frédéric Douard

Culture de colza en Bourgogne, photo Frédéric Douard

Une étude de l’IFP Energies Nouvelles (Ifpen) indique qu’un accroissement de l’incorporation de biodiesel dans les carburants engendre une baisse significative d’émission de particules polluantes par les voitures. Selon cette étude, un moteur utilisant 10% de biodiesel voit ainsi ses émissions de particules reculer de 20% par rapport au diesel conventionnel. Un chiffre porté à 43% lorsque le biodiesel est incorporé à hauteur de 30%.

L’IFP Energies Nouvelles a réalisé pour le compte du groupe Avril – qui produit notamment le biodiesel de colza français Diester® – des essais moteurs sur des véhicules diesel représentatifs du parc roulant français actuel.

Alors que la crise du diesel continue de soulever des questions et que Bruxelles envisage de réduire la part des biocarburants de première génération dans le « mix énergétique » des transports européens, ces essais mettent en évidence l’intérêt du biodiesel issu de l’agriculture française pour améliorer les émissions des véhicules diesel en France.

Ces essais ont été réalisés dans des conditions proches de celles de l’homologation. Une différence importante les caractérise : ils utilisent non pas un gazole d’homologation (ne contenant quasiment pas de biodiesel) mais un gazole dans lequel est incorporé du biodiesel de colza issu de l’agriculture française.

Ces essais mettent en évidence que l’incorporation de biodiesel issu de l’agriculture française :

  • n’a pas d’impact négatif sur les émissions de polluants (en particulier les émissions de NOx) ;
  • n’a pas non plus d’impact sur la consommation de carburant ;
  • a un impact positif sur la combustion, permettant ainsi de réduire les émissions de particules.

Des émissions à l’échappement fortement réduites voire quasi nulles

Sur la base d’un scénario dans lequel du biodiesel est incorporé à hauteur de 10% dans le gazole, ces essais indiquent des émissions à l’échappement fortement réduites voire quasi nulles, mettant en lumière la solution immédiate que représente le biodiesel à la problématique actuelle des émissions du parc diesel roulant, en particulier en zone urbaine :

  • sur les véhicules pré Euro 6 non munis de filtres à particules, les émissions de particules sont très significativement réduites, en masse comme en nombre ;
  • sur les véhicules à compter d’Euro 6 équipés de filtres à particules, ces émissions sont quasi nulles.

Sur la base d’un scénario dans lequel du biodiesel est incorporé à hauteur de 30%, la diminution des particules peut aller jusqu’à 43% en masse et jusqu’à 25% en nombre sur un véhicule non équipé de filtre à particules.

Résultats IFPEN - Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

Résultats IFPEN – Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

L’intégralité du parc diesel roulant en France utilise du biodiesel, en très grande majorité issu de colza cultivé en France et ce, à l’inverse de l’idée reçue selon laquelle le biodiesel disponible à la pompe dans l’Hexagone serait issu de matières premières agricoles importées.

La filière agricole et industrielle française du biodiesel représente 20.000 emplois, dont 80% en zones rurales. Elle contribue à hauteur de 2 md€ au PIB national et permet une économie d’importations de diesel et de tourteaux pour l’alimentation animale dans les élevages français de l’ordre de 1,5 md€ (source : PwC).

>> Télécharger la synthèse

Contact : Tom Doron – 01 78 14 80 09 – tom.doron@groupeavril.com – www.groupeavril.com