La France doit multiplier par 5 sa part de chauffage renouvelable d’ici 2030

La chaufferie bois du Sigerly à Sathonay-Camp, Rhône, photo Frédéric Douard

La chaufferie bois du Sigerly à Sathonay-Camp, Rhône, photo Frédéric Douard

La chaleur représente 50% des besoins énergétiques de la France, que ce soit pour chauffer les logements, les locaux ou pour les process industriels… Elle est aujourd’hui produite en majorité par des énergies fossiles. Le développement des réseaux de chaleur, qui diffusent 50 % d’énergies renouvelables ou de récupération, est donc un des enjeux principaux de la transition énergétique et de la lutte contre le réchauffement climatique. Les réseaux de chaleur français deviennent de plus en plus compétitifs et vertueux, comme l’illustrent les 55 réseaux qui se sont vu remettre aujourd’hui le label Écoréseau de chaleur. Cette solution de chauffage ne couvre toutefois actuellement que 6% des besoins, un renforcement des dispositifs de soutien est donc nécessaire pour raccorder davantage de bâtiments et atteindre l’objectif de multiplication par 5 de la chaleur renouvelable (facteur 5) prévu par la loi de transition énergétique.

En 2015, le coût global de chauffage d’un logement type correspondant au parc social moyen alimenté par un réseau de chaleur vertueux (diffusant au moins 50% d’énergies renouvelables), était de 1 158 €TTC, soit autant que pour un logement équivalent alimenté par un chauffage collectif au gaz. Les réseaux de chaleur sont donc une des solutions de chauffage les plus compétitives. Leur impact sur l’environnement est par ailleurs meilleur que celui des autres solutions de chauffage. La part d’énergies renouvelables et de récupération dans leur mix énergétique est en effet passée de 26% à 50% entre 2005 et 2015. Leur contenu moyen en CO2 diminue également, pour s’établir à 139 g CO2/kWh, contre 234 g CO2/ kWh pour le gaz.

Pour illustrer cette progression, 55 réseaux de chaleur vertueux se sont vu remettre aujourd’hui le label Écoréseau de chaleur, au cours des 12èmes Rencontres Nationales des réseaux de chaleur organisées par AMORCE, en partenariat avec le SNCU, l’ADEME et Via Sèva. Ce label récompense les réseaux alimentés par plus de 50 % d’énergies renouvelables, ayant un tarif compétitif par rapport aux autres solutions de chauffage et ayant mis en place un lieu de concertation et d’information avec les usagers.

Toutefois, au delà des progrès incontestables réalisés par les réseaux de chaleur actuels, le développement de nouveaux réseaux est également indispensable pour atteindre les objectifs de la loi de transition énergétique. En effet, avec des réseaux de chaleur dépassant tous 50 % d’énergies renouvelables dans leur mix énergétique, 6 à 8 millions de logement devront être raccordés pour réaliser le « Facteur 5 » d’ici à 2030, qui sera déterminant pour atteindre 32% d’énergies renouvelables dans le mix énergétique français. Or, le secteur fait actuellement face à un ralentissement brutal du nombre de projets, notamment en raison du faible prix des énergies fossiles. Trop peu de projets sont actuellement en cours pour rester sur la trajectoire qui permettra d’atteindre nos objectifs de transition énergétique.

Pour nous remettre sur cette trajectoire, AMORCE et le SNCU défendent donc :

  • le maintien de la TVA à taux réduit à 5,5% pour les réseaux de chaleur vertueux
  • la mise en place d’un appel à mobilisation « Une ville, un réseau » pour financer des études de faisabilité concernant la création ou l’extension d’un réseau de chaleur vertueux
  • un éco-prêt à taux zéro et un Crédit d’impôt transition énergétique opérationnels pour les coûts de raccordement à un réseau de chaleur vertueux
  • le renforcement des aides du Fonds Chaleur mis en place par l’ADEME, qui a démontré son efficacité et a d’ores et déjà contribué à la création de 1 200 km de nouvelles canalisations depuis son lancement en 2009
  • le déploiement de dispositifs de financement complémentaires plus proches de ceux finançant l’électricité renouvelable, qui est actuellement bien plus soutenue que la chaleur renouvelable.

Contacts :