La biomasse et les stocks de carbone des forêts tropicales africaines

Biomasse forestière au Cameroun, photo Frédéric Douard

Biomasse forestière au Cameroun, photo Frédéric Douard

Quantifier les stocks de biomasse et de carbone contenus dans les forêts tropicales est devenu une priorité internationale dans le cadre de la mise en œuvre du mécanisme REDD+. La biomasse forestière est estimée à trois échelles spatiales successives : l’arbre, le peuplement et la région. Cet article propose une synthèse des connaissances sur l’estimation de la biomasse et des stocks de carbone contenus dans les forêts tropicales africaines.

Cette synthèse bibliographique démontre que peu d’équations allométriques, équations qui permettent d’estimer la biomasse de l’arbre à partir de mesures non destructives (diamètre, hauteur), ont été établies pour les forêts tropicales africaines. Au niveau du peuplement, cette synthèse met en exergue les variations spatiales et temporelles connues de la biomasse entre les types de forêts d’Afrique tropicale. Si la reconstitution de la biomasse après une perturbation (l’exploitation forestière, par exemple) est relativement rapide, il existe encore beaucoup d’incertitudes sur les variations spatiales de la biomasse et il n’y a pas de consensus sur une cartographie régionale de la biomasse. La qualité de la cartographie de la biomasse dépend fortement des différents capteurs utilisés (optique, RADAR ou LiDAR) et de l’équation allométrique utilisée pour convertir les données d’inventaires forestiers en biomasse.

Pour en savoir plus : popups.ulg.ac.be