Les aides aux petites chaufferies bois en Nouvelle Aquitaine

Chaufferie à bois de la commune de Lanouaille en Dordogne, photo Frédéric Douard

Chaufferie à bois de la commune de Lanouaille en Dordogne, photo Frédéric Douard

Première région forestière de France, la région Nouvelle Aquitaine soutient le développement de la filière bois-énergie. Pour cela, au-delà d’une volonté de mobilisation de la ressource, la Région souhaite valoriser la ressource forestière en énergie. Aussi, l’objectif est de soutenir financièrement les chaufferies bois plaquettes ou granulés, avec ou sans réseau de chaleur, consommant moins de 100 tonnes équivalent pétrole par an, et approvisionnés par les filières locales. Les projets de chaufferies consommant plus de 100 tonnes équivalent pétrole sont quant à elles éligibles au Fonds Chaleur.

Cet appel à projets s’adresse à toutes cibles confondues hors Particuliers, Collectivités de plus de 30 000 habitants, État, établissements publics d’État, Établissements d’enseignement privé.

Pour bénéficier des aides de cet appel à projets, les conditions suivantes sont requises :

  • la réalisation d’une étude de faisabilité préalable à l’investissement (selon le cahier des charges de l’ADEME),
    une puissance minimale de 30 kW,
  • la chaudière bois devra délivrer une énergie sortie chaudière inférieure ou égale à 100 TEP par an (soit environ 1.163 MWh thermique /an) pour être éligible. En point de repère pour le maître d’ouvrage, la puissance bois installée devra donc être inférieure à 700 kW thermique installée pour respecter ce seuil de production d’énergie,
  • le rendement thermique à puissance nominale des chaudières bois devra être > à 85% (selon engagement contractuel ou documentation constructeur relatif au modèle),
    la densité thermique du réseau de chaleur (quantité de chaleur livrée ramenée à la longueur du réseau) devra être > 600 kWh/mètre linéaire de réseau,
  • la ressource en bois contractualisée devra être située au plus près de l’installation et à minima dans la nouvelle région (région forestière) ou dans un département limitrophe. La ressource en plaquettes devra être issue d’une exploitation forestière ou bocagère. Le rayon d’approvisionnement (lieu de coupe et de stockage) sera au maximum de 300 km du lieu d’utilisation pour veiller à la lutte contre le changement climatique. L’approvisionnement ne pourra en aucun cas faire appel à des cultures énergétiques à destination de l’alimentation humaine ou animale,
  • Sont exclues les chaudières fonctionnant au bois bûche.

Documents à télécharger :

Prochaines dates de dépôts des candidatures :

  • 15 décembre 2016,
  • 16 mars 2017.

Contacts :

Frédéric DOUARD

Frédéric DOUARD : rédacteur en chef du magazine Bioénergie International, animateur du Portail francophone des bioénergies. Pour me contacter : fdouard arobase bioenergie-promotion.fr

Vous aimerez aussi...