Morbihan, une serre de tomates chauffée au biogaz et au bois-énergie

Serre de l'EARL Saint-Nicolas, photo SolarennTomates, photo SolarennMéthanisation d’effluents de vaches et de déchets végétaux pour chauffer des serres de tomates à Saint-Nicolas du Tertre (56) : une première en Bretagne !

Basé à Saint-Nicolas du Tertre, près de la Gacilly (56), Yannick Bernard – adhérent de la coopérative SOLARENN – a développé avec le Gaec des Friches la première unité de méthanisation en Bretagne permettant de chauffer une serre de tomates, grâce à des fumiers et lisiers, de la biomasse de couverts végétaux, des marcs de pommes et des déchets de céréales.

La chaleur générée permet ainsi de chauffer les 15 000 m2 de serre de l’EARL Saint-Nicolas. Grâce à cette installation, 11 emplois directs ont été créés. Un modèle économique exemplaire pour l’un des 35 méthaniseurs déjà existants sur le territoire.

Dominique Monneraye, Yannick Bernard, Ludwig Guillemot, les 3 associés de l’EARL Saint-Nicolas, photo Solarenn

Dominique Monneraye, Yannick Bernard, Ludwig Guillemot, les 3 associés de l’EARL Saint-Nicolas

Le GAEC des Friches est une exploitation agricole comprenant un atelier lait qui produit 2 millions de litres de lait par an avec 210 vaches et 260 hectares de cultures.

Soucieux de maîtriser leurs dépenses énergétiques dans un contexte de volatilité des prix des énergies fossiles, et désireux de limiter leurs impacts sur l’environnement, Yannick Bernard, Dominique Monneraye et Ludwig Guillemot ont décidé dès 2011 d’installer une unité de méthanisation à la ferme permettant de valoriser les effluents et les autres déchets produits par l’élevage, en biogaz pour chauffer les serres de tomates de Yannick Bernard et de vendre de l’électricité sur le réseau.

L’installation de méthanisation comporte deux digesteurs, photo Solarenn

L’installation de méthanisation comporte deux digesteurs, photo Solarenn

Une fois filtré et épuré, 
le biogaz alimente un 
moteur d’une puissance de
 250 kWe qui produit à la 
fois de l’électricité (environ 
2 100 MWh par an vendus à 
EDF et injectés sur le réseau)
 et de la chaleur (environ 2 200 MWh par an).

Une chaufferie bois complète le dispositif. La serre est ainsi chauffée à 100 % par les énergies renouvelables. L’investissement pour l’ensemble des installations est de 4 M€. L’unité a été mise en service le 14 octobre 2015.

La chaufferie bois couvre 70 % des besoins en énergie de la serre, photo Solarenn

La chaufferie bois couvre 70 % des besoins en énergie de la serre, photo Solarenn

Cinquième opérateur du marché de la tomate en France, la coopérative Solarenn (Ille-et-Vilaine) regroupe trente producteurs. Elle emploie 25 salariés permanents et jusqu’à 50 en saison (45 en équivalent temps-plein). L’ensemble des exploitations représente environ 500 personnes.

La coopérative a réalisé un chiffre d’affaires de 33 M d’euros et 26000 tonnes de tomates vendues en 2015. Pour être plus compétitif, Solarenn mise sur le développement de la cogénération et de la méthanisation. Une stratégie qui passe par l’agrandissement des exploitations.