Moderniser au plus vite le parc de chauffages à bois des particuliers

Poêle à granulés à hautes performances Hoben

Poêle à granulés à hautes performances, photo Hoben

Au moment où l’agence nationale française de la santé publique vient de démontrer, une fois encore, que la qualité de l’air a des effets considérables sur la santé humaine, les industriels de la filière bois domestique rappellent l’importance de moderniser le parc de chauffage au bois.

Les particules fines, principale cause de la mauvaise qualité de l’air, sont émises par plusieurs secteurs : transports, industrie, agriculture, chauffage à partir de combustible fossile mais aussi du bois. Bien que le bois-énergie soit une énergie renouvelable, acteur de la lutte contre le dérèglement climatique, mal utilisé dans les cheminées ouvertes ou les appareils vétustes, il participe à la pollution atmosphérique.

Aujourd’hui en France, 7 millions de ménages utilisent le bois pour chauffer leur logement. Dans ses objectifs de protection du climat et de développement des énergies renouvelables, la France s’est fixé l’objectif de porter ce nombre à 9 millions à l’horizon 2020. C’est pourquoi, il est indispensable de remplacer les cheminées à foyer ouvert et les équipements dès lors qu’ils ont été installés avant la mise sur le marché français des produits labellisés (2002), par des appareils qui répondent à des exigences strictes et permettent de réduire considérablement les émissions polluantes.

Les pouvoirs publics français ont mis en place pour cela des outils puissants pour aider au renouvellement du parc, en particulier un crédit d’impôt de 30 % pour l’acquisition d’un appareil de chauffage au bois performant. De plus, des collectivités s’engagent via la mise en œuvre de Fonds Air-Bois en subventionnant entre 800 et 1 200 € selon le périmètre du fonds, le renouvellement d’équipements, tel est déjà le cas dans les Alpes dans la vallée de l’Arve ainsi que dans la communautés de communes du Grésivaudan et du Voironnais et l’agglomération grenobloise.

Mais pour que cela fonctionne bien, encore faut-il que les consommateurs puissent vérifier les performances annoncées par les constructeurs, notamment en exigeant les PV d’émissions réalisés dans des laboratoires indépendants, et bien sûr en utilisant des bois parfaitement secs.

Car rappelons-le, un appareil de conception basique, même avec du bois sec, peut polluer jusqu’à 30 fois plus qu’un appareil à combustion maitrisée (1 g de particules par m3 au lieu de 30 mg pour les meilleurs). Cette performance ne peut être apportée qu’avec des appareils possédant l’une de ces technologies :

  • maitrise mécanique de la combustion avec un combustible normalisé comme le granulé ou le bois déchiqueté,
  • garantie d’une combustion à haute température obtenue dans un foyer à post-combustion, pour les appareils à bûches en tirage naturel, avec une partie conséquente en béton réfractaire et une grande étanchéité des portes et tiroirs pour y parvenir : préférer pour cela les petites portes, les petites petites vitres et les petits foyers,
  • garantie d’un fonctionnement uniquement à pleine puissance pour les appareils équipés d’un accumulateur solide ou liquide (poêles de masse ou chaudières à bûches avec ballon d’accumulation) permettant une combustion à vive allure.
  • filtre électrostatique en sortie d’appareil (qui ne captera que les polluants solides).

Et rappelons enfin aux consommateurs que combustion propre et efficace rime rarement avec les tarifs bas de gamme des appareils, mais que cela rime par contre très bien avec économie de combustible, et ce jusque deux voire trois fois moins de consommation de bois avec la meilleure technologie qu’avec la plus basique.

Sur ce point, il serait fort utile que les pouvoirs publics puissent informer ainsi le consommateur avec un guide précis de choix et de vérification de la technologie, tant il existe encore de nos jours sur le marché toutes les technologies, les meilleures comme les plus décevantes.

Pour aller plus loin : www.renovation-info-service.fr

Frédéric Douard

Informations de contact de Hoben

logo Poêles Hoben
INOVALP
ZA du Villaret, RN 85
F-38350 SUSVILLE
+33 (0)3 27 94 33 70
@ www.poeles-hoben.fr/ martin.forrat@inovalp.fr
Hoben est cité aussi dans ces articles :
  • Le bois, un combustible de plus en plus compétitif
  • Tous les articles mentionnant Hoben