Capturer les gaz à effet de serre au lieu de les éviter, un pari à haut risque

Drivers of and limits to the supply of NETsIl est plus sûr de réduire nos émissions de gaz à effet de serre de façon drastique et immédiate que de compter sur un déploiement futur des technologies à «émissions négatives» de CO2, selon une nouvelle étude dirigée par le professeur Pete Smith, de l’Université d’Aberdeen (Ecosse).

Pour contenir le réchauffement climatique dans la limite des 2°C, presque tous les scénarios d’émissions des gaz à effet de serre étudiés par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) font l’hypothèse d’une soustraction à grande échelle du CO2 de l’atmosphère.

Les technologies à « émissions négatives » visent à éliminer le dioxyde de carbone (CO2), le principal moteur de changement climatique, de l’atmosphère. Elles comprennent des options simples comme la plantation d’arbres pour absorber le CO2 à mesure que la forêt se développe, ou plus complexe comme la capture et la séquestration du carbone issu de la combustion de la biomasse utilisée à des fins énergétiques. L’accélération de mécanismes d’altérations de roches qui absorbent naturellement le CO2 et le lavage de l’air ambiant (pour en retirer le CO2) ont également été étudiés.

L’article passe en revue les impacts de ces technologies sur l’utilisation des terres, les émissions de gaz à effet de serre, la consommation d’eau, l’albedo des surfaces terrestres, et les cycles des nutriments, ainsi que les besoins en énergie et les coûts économiques de chaque option technologique. « L’originalité de l’étude tient au fait qu’elle examine l’ensemble des technologies à émissions négatives de façon conjointe et globale, alors que jusqu’ici les évaluations ne concernaient qu’un type de technologies à la fois. Or il existe des interactions entre ces options, qui ne sont pas toutes cumulables  » explique Benoît GABRIELLE, l’un des signataires de l’étude.

Comme le déploiement de ces technologies sera probablement limité du fait des contraintes économiques, environnementales ou énergétiques examinées dans l’étude, l’effort devrait rester concentré sur la réduction immédiate et drastique des émissions de GES. Parier sur les technologies d’émissions négatives pour pallier un manque d’ambition sur ce plan constituerait donc selon l’étude un pari très risqué.

«Il est important de publier cet article alors que les solutions technologiques pour atténuer les changements climatiques font partie des négociations en cours à Paris. » explique le professeur Pete Smith. « Nous montrons que les technologies à émissions négatives ont des limites significatives, et qu’il vaut mieux ne pas compter sur celles-ci à court terme, tant qu’elles n’auront pas été éprouvées. Nous savons déjà comment réduire nos émissions de gaz à effet de serre, et quelles politiques sont nécessaires pour nous aider à la transition vers une économie bas-carbone, donc nous demandons instamment à nos représentants politiques de convenir d’un accord mondial qui offre des réductions rapides et ambitieuses».

Ce travail a été réalisé par une équipe de 40 chercheurs collaborant dans le cadre du Global Carbon Project, un projet international sur le cycle du carbone planétaire. L’article est co-signé par 3 scientifiques Français : Benoît Gabrielle (AgroParisTech/INRA) Philippe Ciais (CEA/LSCE) et Thomas Gasser (CIRED/LSCE)

Cet article vient de paraître (en anglais) dans la revue  «  Nature Climate Change ».