Trier les biodéchets de l’hôpital de Paimpol pour les valoriser

Trier au mieux et sans perdre de temps

Trier au mieux et sans perdre de temps

En France, la réglementation sur les biodéchets impose le tri et la valorisation des biodéchets aux personnes et structures produisant plus de 40 tonnes de déchets alimentaires et 300 litres d’huiles alimentaires usagées par an pour 2014, et jusqu’à 10 tonnes et 60 litres pour 2016. Soucieuse d’encourager les acteurs à anticiper la réglementation et à favoriser la prévention des déchets, l’ADEME Bretagne a lancé en mai 2013 un appel à candidatures à destination des acteurs de la restauration collective. L’objectif est de proposer, sur la base d’un dossier de candidature, un accompagnement et un suivi sur un an de dix établissements pour la mise en oeuvre d’actions de prévention et de valorisation des biodéchets.

Le positionnement du Centre Hospitalier Max Querrien de Paimpol dans les Côtes d’Armor
L’établissement a mis en place le tri des cartons et papiers, des DASRI, et a créé en 2013 un groupe de travail interne « développement durable » afin de réfléchir à la façon d’améliorer les pratiques de l’établissement sur ce thème. Interpellée par le coût des denrées alimentaires jetées, et convaincue par la nécessité de s’améliorer sur la question des déchets, l’équipe (responsable restauration, responsable déchets-espaces verts, responsable qualité, responsable du groupe de travail développement durable) a souhaité mettre en place une réduction, un tri et une valorisation des déchets alimentaires. La difficulté réside dans la multiplicité des lieux de production des déchets : les 12 satellites de l’hôpital, dont 4 EHPAD2 (dont deux sont délocalisés), le self du personnel.

Une mise en place progressive du tri et de la valorisation
Parmi les 7 actions envisagées, les principales concernent la quantification des biodéchets et la mise en place du tri et de la valorisation. Une opération pilote est alors mise en place pour répondre à ces deux objectifs, et une recherche de prestataire est lancée en parallèle. La valorisation sur site n’est pas envisagée en raison des quantités et de la composition des biodéchets (déchets carnés, traces de médicaments).

Présentation et résultats
Afin de mieux connaitre les quantités de déchets alimentaires produits par l’hôpital, une opération pilote est menée avec trois services volontaires et très divers : la Résidence Terre Neuvas (EHPAD sur site, 55 personnes en salle à manger) ; le service de péri-chirurgie (20 lits, service en chambre sur plateau) ; le restaurant du personnel (150 personnes, self en ligne).
Le tri est fait par le personnel de service sur l’EHPAD et sur le service de péri-chirurgie. Pour le restaurant du personnel, la mise en place du tri s’est accompagnée d’une campagne de communication (présence des équipes sur site, affichage, quizz ludique avec un repas à gagner). Ces données ont permis d’affiner la connaissance des quantités jetées : 46 tonnes annuelles estimées sur l’établissement.

Un contenant de plus destiné à recevoir les biodéchets lors du débarrassage de chaque plateau

Un contenant de plus destiné à recevoir les biodéchets lors du débarrassage de chaque plateau

En parallèle, une recherche de prestataire a été menée. Elle s’est avérée assez difficile car peu de structures dans la région disposent de l’agrément SPA 33nécessaire pour prendre en charge les déchets de l’établissement. Le SMITRED Ouest d’Armor4 se positionne sur ce type de déchets et a accepté d’organiser une collecte pour l’établissement (bien que la collecte ne fasse pas partie de ses compétences) – la collecte est lancée à partir d’octobre 2014.

Une réflexion est menée sur la mise en place de contenants adaptés pour faire le tri au sein des établissements, en particulier sur les chariots de distribution et de débarrassage des plateaux dans les services. Ceux-ci ont été adaptés afin de pouvoir accueillir un contenant de plus destiné à recevoir les biodéchets lors du débarrassage de chaque plateau (seaux en plastique de récupération). Le responsable déchets-espaces verts a communiqué auprès du personnel de service et leur a donné des clés pour trier au mieux et sans perdre de temps.

Focus
Au vu du nombre des sites de production de biodéchets différents, une mise en place progressive a été privilégiée. Ainsi, les trois sites pilotes sont d’abord concernés par une mise en oeuvre complète (tri sur site, transfert en zone déchets de l’hôpital dans des contenants dédiés, collecte par le prestataire). Une fois le fonctionnement rôdé sur ces trois sites pilotes, la collecte sera progressivement mise en place sur l’ensemble des services : la généralisation est prévue pour la fin de l’année 2014.
Cette mise en place en plusieurs étapes permet de contrôler le déploiement de la démarche et de prendre le temps de communiquer de manière directe auprès de l’ensemble du personnel lorsque le tri est mis en place dans son service. Cela a également évité de mettre en place un tri des biodéchets sur l’ensemble de l’établissement avant qu’il y ait une réelle valorisation de ces déchets – ce qui aurait été mal perçu par le personnel.

Contacts

  • Le site de l’établissement : www.ch-paimpol.com
  • Centre Hospitalier Max Querrien, Jean-Yves Prigent – Jean-Yves.Prigent@ch-paimpol.fr
  • ADEME Bretagne Sébastien Huet – sebastien.huet@ademe.fr

>> Télécharger la fiche complète de l’opération